Clip Mania #2 : Just an Illusion

just an illusion

1982, le post-disco bat son plein. Un des tubes interplanétaires de cette année-là est bien Just an Illusion, du groupe Imagination, mené par Leee John (oui avec trois « e »…), Ashley Ingram et Errol Kennedy. Tel Desireless, dont nous avions parlé dans notre dernier Clip mania, ce groupe a eu une carrière un peu éclair. Malgré plusieurs années d’activité (1981-1992) et quelques hit-singles, Imagination est surtout connu grâce à ce titre, qui est le seul – me semble-t-il – a être passé à la postérité.

La signature sonore du groupe, un rythme au synthé simple et efficace (comprendre « entêtant »), se fait entendre dès les premières secondes du morceau. Côté vidéo, l’ambiance est posée : Leee John regardant autour de lui, les yeux inquiets, ainsi que la brume épaisse nous indiquent une atmosphère un peu glauque, entre réalité et illusion. Heureusement, les trois beaux mâles qui ne savent pas faire semblant de courir, les effets spéciaux cheap et les costumes shiny-glossy-toomuch nous ancrent bien dans la réalité des années 80. Après une séquence d’introduction avec quatre fois le mot « illusion » et un plan un peu long sur le château (hanté, vous vous en doutez, et dont l’intérieur va servir de décor à la suite du clip), entrent enfin les basses et les nappes typiques de l’époque : on croirait presque à du Kool and the Gang des meilleures années.

La confusion s’arrête quand le chanteur entame le premier couplet, et la chorégraphie qui va avec, bien sûr. Vous apprécierez au passage le fard à paupières et le gloss subtils. À travers les images et les paroles, le cadre est d’autant plus planté : la maison hantée, les squelettes qui dansent, les toiles d’araignées, « another place, another time », pour résumer. On peut alors enfin faire du playback car le refrain arrive, annoncé par ces célèbres « ooh ooh ooh ooh ah ah » ! Et avec lui, des apparitions en fondu d’une famille semblant sortir d’un autre temps (ah, vous voyez que les paroles et le clip sont raccords !). Leee se balade donc gaiement dans cette maison, l’inquiétude ayant complètement disparu de son visage… Normal, il sait que c’est juste une illusion (et en profite pour nous le réasséner une bonne demi-douzaine de fois d’ailleurs). Profitons du refrain pour nous plonger dans les paroles et dissiper le doute une bonne fois pour toutes : les « coudoubedouda » sont, en réalité « Could it be that » et « Putting me back ». Ne vous en voulez pas, toute personne sensée est déstabilisée par ce passage absolument incompréhensible pour les oreilles mais aussi pour les yeux : le combo chorégraphie / nœud lavallière en satin, le tout rehaussé par un petit filtre flou gaussien, me laisse sans voix.

Et là, c’est le coup de grâce : on ne comprend plus rien, entre les enfants qui sont, au choix, traumatisés ou traumatisants, les jouets qui dansent… Le reste du clip n’est plus qu’un vaste pot-pourri de tous les filtres de Photoshop 1980 et se conclut sur une scène un peu déstabilisante dans la salle à manger. On croirait à une séquence « making-of » qu’ils ont oublié de couper au montage où l’on voit les figurants s’éponger le front, la maquilleuse s’occuper du chanteur et le chef plateau décider du prochain cadrage. Est-ce pour nous rassurer sur le fait que le château n’était pas vraiment hanté, pour nous montrer que tout cela n’était qu’une vaste illusion ?  Peut-être est-ce cela, ce petit côté what the fuck, qui rend les années 80 si savoureuses pour nous, plus de trente ans plus tard. On en viendrait même à espérer de ne jamais se lasser de ces mélodies et costumes si vintage.

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

« Bon alors, les points… » ou la phrase que vous n’entendrez plus chaque lundi

Aujourd’hui, lundi 11 juillet, est un bien triste jour. Notre black monday à nous. C’est le premier lundi sans Tutotal depuis l’annonce, il y a une semaine tout pile, de l’arrêt du programme. Le 4 juillet dernier, la Rédaction était en deuil, notre programme préféré – que dis-je, notre inspiration constante ! – a rendu son dernier souffle. Pour lui rendre hommage, nous repartageons avec vous l’article que nous avions écrit dans notre Numéro 31
C’est la larme à l’oeil que nous disons ciao aux deux bobos Géraldine de Margerie et Maxime Donzel… et un grand Merci. – 1000 car un lundi sans Tutotal, j’peux pas… j’peux juste pas.

Tutotal "Bon alors, les points..."

Illustration : Herminie Astay

Lire

Clip Mania #1 : Voyage voyage

Des notes de synthé, des percus (aussi au synthé) et une voix qui entonne « Au-dessus des vieux-volcans… ». Pas de doute, vous êtes bien dans les années 80 et ce chant si mélodieux que vous êtes en train d’ouïr est Voyage voyage, le plus gros — si ce n’est le seul — hit de Desireless, cette chanteuse androgyne à la coiffure digne d’un balai-brosse.

Voyage Voyage le mal-aimé …

Peut-être que, comme moi, vous écoutez encore cette chanson en 2015, empli de nostalgie pour une époque où vous n’étiez même pas né. Cependant, c’est avec des sentiments contradictoires que je fais résonner ce son mélodieux dans mes oreilles. Pourquoi ce hit, pourtant n°1 dans pas moins de douze pays dont le Liban, la Thaïlande et la Yougoslavie, reste un don’t des soirées et suscite, lorsque vous essayez une percée entre les Liza Monet et autres boom-boom, des « Oooh nooooon », « Qui a mis ce truc ? » et autres interjections mécontentes, alors que nous sommes dans son pays natal, la France ? (NB : Voyage Voyage n’aura jamais atteint la première place du Top 50 chez les baguettes-à-bérets).

Je reste persuadée que ce morceau est comme une vieille ritournelle, un disque qui se serait rayé à force d’être joué et, victime de son succès, détestée par la force des choses. C’est pour cela que j’aimerais rendre ses lettres de noblesse à cet hymne qui est à l’année 1986 ce qu’I will survive est à 1999.

… mais finalement appréciable.

Desireless (ou, du moins le compositeur/parolier, Jean-Michel Rivat) a réussi par cette chanson un coup de maître, comme tous les créateurs de tubes. Telle une formule magique de sorcellerie jetée sur l’eau sacrée d’un fleuve indien, le simple fait d’évoquer son titre arrivera à mettre en tête ce refrain si entraînant pendant un moment, plus loin que la nuit et le jour. Refrain qui est d’ailleurs mis en valeur par une simple mais efficace pause de deux temps avant le mot « voyage », répété deux fois (et près de cinquante en tout). Il est aussi important de remarquer l’accord entre le sujet, les paroles et la musique. Cela semblerait évident pour une chanson mais finalement, tous les tubes ne respectent pas ce principe (souvenez-vous de Dragostea din tei : à quel moment « l’amour sous un tilleul » justifie un « Allo » initiateur et des gus qui dansent sur un avion ?).

Que ce soit les rythmes, que l’on peut qualifier d’« exotiques » (entre gros guillemets), les lieux du monde entier évoqués ou ce refrain entêtant, tout, je dis bien tout, évoque ce voyage qu’on nous assène. Et non, Claudie (vraie prénom de Desireless), je ne m’arrête pas, je continue et je le dis tout haut : écouter ta chanson me transporte effectivement chez les blacks, chez les Sikhs, chez les jaunes (c’était les années 80, on fermera les yeux sur le caractère douteux de ces appellations…). Je soulignerai enfin la poésie du texte, qui, il faut bien l’avouer, n’est pas à jeter par-dessus bord ; elle participe de ce chemin spirituel que l’on parcourt, le casque sur les oreilles (ou les écouteurs, si vous êtes plus team minimaliste).

voyage

Un clip audacieux

Ainsi, tout semble-t-il nous faire voyager mais, si votre mémoire ne vous fait pas défaut, un détail vous titillera : le clip. Et oui, ce « film de Bettina Rheims » qui ne passe plus que sur MCM Pop — le Nostalgie des vidéoclips —, n’a de voyageur que le vieux powerpoint qui défile en fond, réalisé grâce à Google Images (anachronique, je sais, mais vous comprenez l’idée). Néanmoins, comme pour le reste, il n’est pas difficile d’y trouver une certaine beauté. Ce clip, qui se déroule clairement dans un hôpital psychiatrique, est beaucoup plus noir qu’il n’y paraît. Outre le fait qu’une femme se fasse peloter par un roux, il se passe des choses pour le moins bizarres dans cette salle : un homme tente de rouler une pelle à un globe terrestre gonflable ; son voisin, un géant, effectue des mouvements que je ne saurais qualifier ; trois vieilles font semblant de jouer aux cartes ; une femme s’empiffre de gâteaux qu’elle jette par terre… puis tout ce beau monde finit par se réunir devant le diaporama.

Je ne suis pas une experte ès clip, mais je ne pense pas trop me mouiller en affirmant que celui-ci n’est pas juste un caprice de la part de Claudie qui souhaitait se déhancher devant un vidéo-projecteur. On peut y déceler un réel sens et me viennent à l’esprit plusieurs hypothèses me paraissant plausibles. La plus séduisante rejoint ce voyage spirituel, déjà évoqué, se trouvant à la portée de tous et notamment aux plus imaginatifs, ceux dont l’esprit est le plus libre.

 

Une chose est sûre, je — et peut-être vous aussi — voyage (voyage) tellement que le retour à la réalité en est presque difficile, mais ce n’est pas grave ; la force d’une chanson réside dans le fait qu’il suffit d’appuyer sur « retour » pour la recommencer. Voyage voyage, éternellement. 

 

 

Cliquez ici pour rester dans les années 80 avec le Clip Mania #2

EnregistrerEnregistrer