Les claquettes-chaussettes en marche !

Depuis le début du mois de juin une nouvelle tendance a fait son apparition : les claquettes-chaussettes. Après une rapide étude effectuée à la BPI le week-end du 17-18 juin, le taux d’adolescent en portant était environ de 99%. Alors que tout le monde pensait que cette mode était l’apanage des allemands en vacances, les lycéens, probablement dans un moment de faiblesse à cause des révisions du bac, se sont emparés de cette tendance…

Why not …? 😏 #claquetteschaussettes

Une publication partagée par Arthur Bransol (@arthurbsl) le

 

« Même en claquettes on est bien sappé »

En France, c’est le rappeur Alrima qui l’a popularisé en sortant une chanson très sobrement intitulé « claquettes-chaussettes ». Le refrain où il chante « j’suis en claquettes-chaussettes / c claquettes-chaussettes / claquettes-chaussettes / tu connais c’est la tess » a apparement parlé à plus d’un lycéen car le phénomène est vite devenu viral… A tel point qu’il a même lancé un défi aux lycéens de venir habiller en claquettes-chaussettes le 14 juin, ainsi le hashtag #ClaquettesChaussettesChallenge a fait son apparition (taper cela sur google est à vos risques et périls).

 

« Touche à mon pain, gros tu verras » 

Mais ce look ne vient pas de nulle part, comme tout phénomène un peu moche, il est apparu  aux États-Unis. Là-bas, les claquettes-chaussettes sont surtout portées par les Afro-Américains, ce look est souvent assimilé aux « ghettos ». Konbini a enquêté sur cette origine afro-américaine, et c’est sur un forum qu’ils aurait trouvé la réponse. Dans un topic très simplement intitulé « Why Are Black Males Afraid to Wear Sandals » un jeune explique : « Je suis un Afro-Américain et j’adore porter des sandales. Pas les claquettes avec des chaussettes, mais des tongs sans chaussettes avec mes pieds visibles et bien pédicurés. De l’âge de 14 à l’âge de 15 ans, je n’en ai pas porté car on m’a dit que ‘nous’ ne devions pas exposer nos orteils, bien que d’autres filles et garçons d’autres groupes ethniques puissent le faire. Je crois que l’aversion des hommes noirs à porter des sandales vient du temps de l’esclavage, c’était un symbole de statut. Les hommes qui travaillaient dans aux champs et qui avaient le statut social le plus bas étaient pieds nus. » Si la French Manucure a l’air d’être une composante essentielle de ce look, il est intéressant de voir que les claquettes-chaussettes seraient en fait soumises aux traditions sociales d’une époque révolue : l’esclavagisme. Porter des claquettes, ou tongs dans ce cas-là, sans chaussettes devient alors une revendication sociale, une manière de porter ses origines.

 

« Claquettes chaussettes T-Max » 

Comme tout phénomène de mode les claquettes-chaussettes furent reprises par les marques : en 2014 Adidas a lancé une campagne nommé #socksnslides en collaboration avec le photographe Michael Mayren. Il a shooté des gens posant en claquettes-chaussettes Adidas. Difficile de trouver l’origine « ghettos » du phénomène : jeunes hipsters caucasiens posent dans des intérieurs dont la déco semble tout droit sortie de Urban Outffters. Adidas s’est emparé de cette mode pour une raison particulière : l’une des règles d’or du port des claquettes-chaussettes est que les claquettes doivent être griffées. Comme le relève Konbini, une définition d’Urban Dictionary explique que « la seule fois où tu verras un gangster porter des sandales pendant l’été, il en portera avec des chaussettes blanches et des claquettes Adidas, Jordan ou Nike »

 

Cette mode présente un point intéressant : elle est majoritairement masculine. Les phénomènes de mode masculins, aussi viraux, sont assez rares pour être soulignés. L’équivalent féminin du claquettes-chaussettes est probablement le combo escarpins-chaussettes. Cette tendance n’a jamais vraiment émergé, elle est restée au stade des photos de mode, et malgré le fait que Kylie Jenner en ait porté sur le tapis rouge, personne n’a vraiment suivi le mouvement…

 

« Quand j’y mettais ma sueur » 

Mais alors que penser de cette tendance ? Si certains seraient tentés de la définir comme « la quintessence de l’abandon de la démarcation vêtement / sous-vêtement » et d’ajouter que « l’on a pas fait mieux depuis la robe de Madonna par Jean-Paul Gaultier * », force est de constater qu’ils ont tort. Les claquettes-chaussettes restent un FFP. Malgré l’explosion du sportwear, les claquettes restent principalement des chaussures de piscine, un peu crade, qu’on porte pour éviter d’avoir des verrues… Pas très sexy en somme. En plus d’être une attaque visuelle les claquettes-chaussettes sont aussi une attaque olfactive : imaginez un peu l’état dans lequel se trouvent vos pieds après une journée de claquettes-chaussettes en pleine canicule ? Faut-il privilégier le pratique à l’esthétique et l’hygiénique ? La réponse est non, sinon on aurait validé le port du legging il y a longtemps.

 

* Bastien Hermouette, expert ès FFP

Elise Poirey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *