En tandem : L’archéologie en bulles, quand la BD fait de l’art.

Il y a de ces grands artistes qui ne sont pas assez reconnus dans le monde de l’histoire de l’art et non, malheureusement, nous n’écrivons pas un article pour rendre hommage à l’intermittent du spectacle qui fait s’élever des bulles de savon arc-en-ciel par-dessus l’Arc de Triomphe du Carrousel. Nous avons plutôt décidé de vous parler du lien entre archéologie, histoire de l’art et bande dessinée, comme exploré à travers l’exposition de la Petite Galerie du Louvre, jusqu’au 1er juillet 2019, intitulée « L’archéologie en Bulles ».

             Aussi décalé que ce binôme puisse paraître – archéologie et BD – cette association est en réalité très pertinente. L’exposition, répartie en cinq thématiques, propose d’approfondir le lien entre « artistes et archéologues » – d’où le nom de la première partie – d’une part par la corrélation entre les méthodes, car les deux domaines [ATTENTION SPOIL] ont recours à la pratique du dessin. Même avant la naissance de la discipline scientifique, les amateurs et voyageurs s’équipaient impérativement (entre autres) de carnets de dessins, afin de croquer tous les vestiges, œuvres et objets qu’ils voyaient, pour la mémoire et pour la diffusion. D’autre part, la relation entre artistes et archéologues est étudiée avec humour à travers la vision de l’archéologue dans les bandes dessinées : on les connaît toutes, ces figures d’explorateurs, aventuriers et détectives qui ne s’éloignent de la réalité que par leurs fantastiques aventures. Mais les artistes et les archéologues mènent alors dans ces épopées les mêmes objectifs de résolution d’énigmes posées par l’histoire. Cette partie fait bien sûr appel à des paysages de l’Egypte, notamment rendue célèbre par la fameuse expédition napoléonienne de 1798 à 1801, qui sont souvent associés à de sombres mystères.

             La sibylline Egypte n’est pas en reste de toute l’exposition. Elle permet au visiteur d’aborder la seconde partie sur les trésors archéologiques. Il est d’ailleurs accueilli par le portrait de Jean-François Champollion (Léon Cogniet, 1831) en couleurs chaudes, histoire de nous faire entrer dans l’ambiance désertique des fouilles. Le terme de « trésor », exploré par le second thème, revêt différentes formes en archéologie, réunies autour de l’idée de la découverte de quelque chose qui a été enfoui dans le sol, volontairement, d’objets plus ou moins précieux selon leurs matériaux ou leurs significations d’alors (comme des dépôts votifs, de fondation d’un sanctuaire etc.). Comme pour la première section, on complète cette vision de l’archéologie, ou de l’archéologue, par le prisme de la BD qui voit bien souvent dans ces découvreurs, ou ces « inventeurs » selon le terme employé en archéologie, des figures héroïques en quête de ces trésors devenus éminemment exceptionnels, la plupart du temps mis en scène de manière extraordinaire à vous donner envie de devenir archéologue. En évitant souvent la partie poussière, terre sous les ongles, restes de vaisselle en terre-cuite et tutti quanti. L’exposition n’oublie évidemment pas de mentionner les trésors sous-marins, dont les méthodes et les moyens de recherches s’étoffent de plus en plus depuis quelques décennies, illustrés par la statue en bronze d’Apollon découverte en 1832 au large de Piombino (Italie) qui appartient aux collections du musée du Louvre.

             Les collections du musée du Louvre sont d’ailleurs une sorte de fil conducteur dans la Petite Galerie, car les objets archéologiques qui illustrent le propos de l’exposition sont sortis de leurs salles. On en voit beaucoup dans la troisième section intitulée « Classer pour comprendre ». Celle-ci est plus centrée sur les méthodes de l’archéologie en nous montrant par exemple, dans une large et longue vitrine, de petits objets alignés sur des crochets, selon leur positionnement théorique dans une coupe stratigraphique, dans une sorte de reconstitution d’un sol de fouilles. Le bédéiste, bien qu’évoluant dans un univers souvent inventé, s’emploie la plupart du temps à recomposer ces strates du temps lui aussi, à faire des typologies d’objets à travers ses planches et à équiper ses héros de tous les ustensiles nécessaires.

             Le petit circuit nous emmène ensuite du côté de l’interprétation et du rêve, dans la section « Interpréter et Rêver », qui sont, somme toute, des caractéristiques communes aux deux domaines. Après les fouilles, l’archéologue doit interpréter ses découvertes pour pouvoir en faire une publication et, si l’objet a été trouvé en dehors de son contexte archéologique, comme cela s’est souvent produit au cours du XIXe siècle, l’archéologue doit mener une étude qui lui permettra de développer des hypothèses. Le bédéiste, quant à lui, se sert aussi bien de données réelles qu’imaginaires, car contrairement à l’archéologue, il peut s’intéresser à des sites historiques, les reproduire ou bien en inventer de nouveaux, « innover » sur les fondements historiques des recherches scientifiques. C’est ce que j’ai aimé dans la dernière séquence, « Quand la bande dessinée imagine », où l’on y confronte notamment ce célèbre tableau de Hubert Robert, Vue imaginaire de la Grande galerie en ruines, (1796) avec une planche de Nicolas de Crécy tirée de sa BD intitulée Période glaciaire, (Futuropolis et Musée du Louvre, 2005) comme le clou du spectacle. L’un imagine le Louvre de la fin du XVIIIe siècle en ruines, évoquant son ancienne fonction de musée où un copieur tente encore  d’apprendre des œuvres du passé et où d’autres tentent de se réchauffer autour d’un braséro. Tandis que le second imagine un Palais du Louvre plus proche du XXIe siècle, enseveli sous des mètres de neige, où des aventuriers incultes malgré eux tentent de sonder ces siècles de passé (tout en pensant qu’il s’agit d’une seule et même civilisation à un temps donné) avant qu’ils ne disparaissent totalement.

             Si vous êtes encore mitigés à l’idée d’aller voir cette exposition, vous serez entièrement convaincus par le coin lecture de la Petite Galerie, installé au milieu de la dernière salle, qui permet à qui veut de se servir dans les bandes dessinées installées dans une petite étagère entièrement à la disposition des visiteurs. Vous y trouverez la plupart des BD évoquées le long du parcours, ainsi que d’autres, et vous aurez la joie d’admirer les sourire et les visages joyeux de tout âges, que tous ces gens qui se plongent dans une lecture passionnante en plein musée arborent, tout en oubliant qu’il y a un crâne exposé dans la vitrine d’en face.

Lise Thiérion

Illu Archéo BD 2.jpgLa Bande dessinée fait son entrée au musée

(NB Les BD citées ne sont pas toutes présentées dans l’exposition).

Une fois cette balade dans la Petite Galerie bien en tête, attardons-nous davantage dans ce coin bibliothèque et même plus particulièrement sur la rencontre (pas si nouvelle qu’on pourrait le penser) entre les trois premiers arts (pour ceux qui ne connaissent pas bien la classification : architecture, sculpture et arts visuels) et le neuvième, la bande dessinée.

Cette association quand on y pense paraît bien naturelle. Associer les arts anciens et poussiéreux des musées à celui nettement plus actuel et accessible de la Bande dessinée ouvre une nouvelle palette de possibilités. Bien sûr nombre d’entre nous pourront crier à l’irréalisme constant qu’on peut voir dans une grande partie de ces ouvrages. Mais soyons indulgent et penchons-nous sur la qualité ou non de ces histoires dont certaines sont mises à l’honneur au Louvre cette année.

           L’histoire d’amour entre le Louvre et la BD remonte à quelques années déjà. Depuis 2006, le musée s’est associé avec la maison d’édition Futuropolis pour donner chaque année carte blanche à un auteur de BD (bédéiste pour les intimes) afin qu’il produise un ouvrage en rapport avec le Louvre. De grands noms y ont participé : on peut notamment citer feu Jirô Taniguchi, grand maître du manga qui a réalisé Les Gardiens du Louvre (ed. Futuropolis) en 2014. Ce genre de partenariat n’est pas uniquement propre au musée du Louvre puisque le musée d’Orsay possède aussi sa collection avec Futuropolis (n’ayant pour l’instant que deux ouvrages à son catalogue), dont le fabuleux et irrésistible Moderne Olympia (ed. Futuropolis, 2014) de Catherine Meurisse qui raconte les déboires de l’actrice Olympia dans l’industrie d’Orsay n’ayant que des rôles X sur son CV et dont sa principale rivale n’est autre que Vénus, star du tableau de Cabanel.

           La Bande dessinée réinvente l’art et les musées pour montrer un aspect différent de ce qu’on peut expérimenter lorsqu’on est simple visiteur.

           Dans un premier temps elle sert à raconter les histoires perdues de tous ces objets qui restent inertes dans les salles. Évidemment, quelques périodes semblent plus propices à la réécriture que d’autres. C’est la raison pour laquelle on a de nombreuses histoires qui prennent place au temps des Pharaons comme Papyrus (ed. Dupuis, depuis 1974, 35 tomes) de Lucien de Gieter qui raconte les aventures du héros éponyme, protecteur et ami de la fille du Pharaon. L’occasion de représenter énormément de statues, temples et tombeaux dans un univers rempli de hiéroglyphes. Mais l’Égypte ancienne n’est pas la seule époque privilégiée : l’Antiquité romaine connaît également son heure de gloire avec Alix (ed. Casterman, depuis 1965, 37 tomes) de Jacques Martin, citoyen romain et aventurier au service de César. N’oublions pas non plus dans Astérix (grands absents de l’exposition par ailleurs), les irréductibles Gaulois qui font trembler ce même César. Plus rares existent aussi des ouvrages qui tentent de remonter encore plus loin dans le temps comme l’iconique Rahan (ed. Hachettes, depuis 1969) de Roger Lécureux et André Chéret ou plus récent, Silex and the city, (ed. Dargaud, depuis 2009, 7 tomes) de Jul qui réécrit la Préhistoire avec humour et anachronismes, tout en s’inspirant d’objets tels que les Vénus sculptées. Ce qui explique probablement la présence d’une certaine Diane de Brassempouy, top modèle, dont la ressemblance est assez frappante avec la dame du même nom.

           Dans une autre optique, la Bande dessinée s’empare parfois du musée comme un lieu de décor pour ses histoires farfelues. C’est notamment le cas pour Les Chats du Louvre (ed. Futuropolis, 2017) de Taiyô Matsumoto où le Louvre serait peuplé par des chats depuis des siècles. Plus réaliste (quoique), Bastien Vivès nous plonge dans le casse du siècle avec La Grande Odalisque, (ed. Dupuis, 2012, 2 tomes) récit dans lequel il met en scène trois jeune femmes décidant de braquer le Louvre (mais aussi le musée d’Orsay et d’autres encore). Ce qui donne lieu à des scènes fascinantes, notamment une hallucinante cascade à moto sur la pyramide du Louvre. Le Musée du Louvre en lui-même n’est pas la seule source d’intérêt, ses visiteurs y participent également. Ainsi dans L’île-Louvre (ed. Futuropolis, 2015) de Florent Chavouet, les visiteurs sont les personnages : leurs commentaires, leurs questionnement et leur comportement est ce qui est le plus savoureusement représenté, pour le plus grand plaisir du lecteur.

           Enfin, l’art, source perpétuelle d’imagination, permet par lui-même de proposer de nouvelles histoires. Ainsi dans Le Cimetière des Cathédrales, (ed. Lombard, 1988) de la série Rork d’Andréas, le héros part à la recherche en Amazonie d’un certain cimetière au fin fond de la forêt qui accueillerait des centaines de vieilles cathédrales envahies par la nature, de quoi faire frissonner un médiéviste. À l’opposé de cette idée de faire revenir le passé, Période Glaciaire (ed. Futuropolis, 2006) de Nicolas de Crécy nous amène dans un futur où des archéologues retrouvent le Louvre sous les glaces et interprètent ce qu’ils y découvrent (un bonnet de l’OM par exemple, marque d’appartenance suprême). Les objets y prennent vie également, appelant leurs redécouvreurs à l’aide. Le Louvre, déjà un lieu d’histoire en lui-même, devenu de nos jours un lieu d’exposition de découvertes, redevient dans ce futur un objet d’étude avec tout ce qu’il renferme dans ses salles enfouies. Les découvertes cherchent perpétuellement à être redécouvertes.

           La Bande dessinée s’empare donc de ce domaine monstre qu’est l’histoire de l’art, la remodèle, se l’approprie et en renvoie une image différente, réinventée. Cette association est peut-être ce qui pourrait permettre aux musées d’atteindre des publics qu’ils n’atteignent pas habituellement, mais cela reste encore à voir.

Salomé Moulain

DON’T GO BREAKING MY EARTH !

Nous l’avons tous vue, que ce soit par les partages sur les réseaux sociaux ou par le mail de Claire Barbillon, cette tribune du 13 mars 2019 dans Libération « Climat : après nous, pas de déluge », par le Réseau étudiant pour un patrimoine bleu – Margot Rousset, Gabrielle Carron et Romane Gorce, qui incitait tous les élèves en histoire de l’art et archéologie à aller manifester pour le climat lors de la marche des étudiants qui s’est déroulée vendredi 15 mars.

Pourtant, ce que nous voyons sur les grands médias, tels que FranceInfo et Le Monde par exemple, ce sont des articles et des images des incendies et des violences qui se sont déroulés en marge des cortèges, particulièrement lors de la marche du samedi 16 mars, où l’action des Gilets Jaunes rejoignait celle de la lutte pour le climat. Lorsque les marches pour le climat sont évoquées, c’est pour nous faire part de la panoplie des pancartes toutes aussi percutantes et humoristiques les unes que les autres, dans un diaporama bon enfant, ou quelques chiffres en titre d’un article.

Loin de vouloir casser du sucre sur le dos de tout le monde, ce que je voudrais, dans cet article, c’est vous raconter un peu comment cela s’est passé. Tout d’abord, il y a eu la manifestation de vendredi, une marche spéciale pour les étudiants. Une grève générale internationale et, d’abord, scolaire initiée par Greta Thunberg, une jeune suédoise de 16 ans. On a beau critiquer les 2000, cette femme qui avait commencé à faire la grève scolaire aux mois d’août et septembre 2018 devant le parlement suédois pour remuer les élections législatives, est devenue, comme nous le savons, l’icône des jeunes engagés pour la sauvegarde de la planète souhaitant que les dirigeants prennent des actions concrètes et immédiates pour empêcher le réchauffement climatique. Parce que nous, étudiants, jeunesse mondiale, nous avons besoin que ceux qui sont en charge de notre avenir voient plus loin que le bout de leur nez, qu’ils prévoient au-delà de leur quinquennat et qu’on prenne, une bonne fois pour toutes, la vie au sérieux.

De cette façon, à Paris, les étudiants se sont rejoints à 13h au Panthéon, afin de marcher ensemble pour réveiller les consciences endormies par leur désir de profit. Afin de faire entendre que la planète n’est pas un emballage que l’on jette après usage et que, surtout, il n’y en n’a pas d’autre (non, vraiment, même si des milliers d’exoplanètes ont été trouvées, nous n’avons pas les moyens de les atteindre avec notre technologie actuelle et il est très peu probable qu’on y arrive un jour, tout simplement aussi parce qu’il faudrait plus d’une vie pour les rejoindre : donc pour nous c’est déjà cuit et non, on n’a pas encore réussi à réveiller quelqu’un d’une cryogénie), le cortège s’est déplacé de Panthéon à Montparnasse, pour enfin rejoindre les Invalides ; en prenant soin d’éviter le Palais du Luxembourg, siège du Sénat français.

En exclusivité, le ressenti de Déborah Philippe, membre du Louvr’Boîte qui a participé à la marche des étudiants le vendredi 15 :

L.T. : “Qu’est-ce que ça fait de participer à une marche d’étudiants ?”

D.P. : “On a l’impression d’appartenir à un groupe uni pour une cause importante… Même si ce n’est pas quelque chose dont on a l’habitude, je conseille fortement d’y participer au moins une fois. Ce sont les petites choses qui forment les grandes !”

L.T. : “Comment l’après-midi s’est-elle déroulée ?”

D.P. : “Tout a commencé au Panthéon avec des « Et 1, et 2, et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité ! » pendant trois quarts d’heure (oui, les étudiants de l’école étaient trèèès en retard), slogan qui va rythmer toute la marche avec une joyeuse fanfare de cuivres, en passant par Montparnasse avant de se terminer aux Invalides”.

L.T. : “As-tu eu l’impression que les élèves d’histoire de l’art et d’archéologie avaient leur place au sein de cette marche / ont-ils été particulièrement visibles ?”

D.P. : “Évidemment qu’ils ont leur place dans cette marche ! Tout le monde est concerné. Malheureusement il n’y avait qu’une poignée d’étudiants de l’EDL, environ une vingtaine… Très vite dispersée.”

L.T. : “Y a-t-il eu des discours à la fin de la manifestation ?”

D.P. : “Malheureusement, non.”

L.T. : “Quelle sera la prochaine action des étudiants pour le climat ?”

D.P. : “Chaque vendredi, on attend du monde !”

L.T. : “Quelle a été la pancarte/la punchline qui t’a le plus marquée ?”

D.P. : “Une pancarte assez triste sur Ariel, la petite sirène, étouffée par le plastique (âmes sensibles s’abstenir). Quant à la punchline, rien de mieux que le fameux « J’ai pas la thune pour aller vivre sur la lune ».

Concernant la marche de samedi : la tension planait au-dessus de nos têtes. Bien que la marche soit, somme toute, agréable et joyeuse, comme plusieurs de vos camarades du Louvr’Boîte l’ont ressenti, je ne cessais, personnellement, de me faire harceler de notifications FranceInfo sur les incendies des restaurants et boutiques de luxe. Toutefois, il était souvent écrit au dos des Gilets Jaunes « manifestation non violente » et nombreux étaient ceux qui brandissaient leurs écriteaux : « fin du monde, fin du mois, même combat ». Des intervenants des GJ comme on les surnomme, se sont présentés sur la scène, vers 17h sur la Place de la République, afin de rappeler que cette journée, encore une fois, était dédiée à la vie, qu’il s’agisse de la nôtre, de ceux dans le besoin, ou de ceux dont l’État pense encore trop souvent que leur vie ne compte pas, comme l’a rappelé avec émotion la sœur d’Adama Traoré (victime de violences policières en 2016, jugé comme un non-lieu).

Le cortège de ce samedi pour la Marche du Siècle s’est rassemblé entre 14h et 15h Place de l’Opéra et a tracé son chemin jusqu’à la Place de la République. Bien que de nombreuses branches se soient éparpillées dans les rues voisines, c’est à cet endroit que tous se sont rejoints, chantant, dansant, brandissant les punchlines plus ou moins raffinées. « Moi j’y suis arrivée vers 14h. D’abord je suis sortie du métro à Opéra, la rame de métro entière est sortie à cette station. Ensuite, la place était tellement bondée qu’on avait du mal à monter les marches de la bouche de métro », nous rapporte Salomé Moulain, membre du triumvirat du Louvr’Boîte. Malheureusement, ni elle ni moi n’avons pu retrouver les membres de l’EDL partis en crew depuis l’école ; une équipée rassemblée par le club de Mens Sana avait également organisé un atelier de création de pancartes. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne fallait pas être agoraphobe : à République, la foule se rassemblait autour des stands de nourriture, mis en place par les bénévoles des diverses associations organisant la marche et devant la scène où, vers 17h les prises de paroles se sont succédées ; laissant place à des GJ, à des représentants d’associations engagées pour le climat (Les Amis de la Terre), quatre jeunes engagés pour cette marche qui avaient préparé un beau texte sur leurs revendications et les solutions à mettre en place, dont la rhétorique était bien rodée. Enfin, bien sûr, les membres des quatre associations (Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France) qui avaient décidé d’attaquer l’État français en justice face à son inaction pour le climat avec la campagne et la pétition « L’Affaire du siècle », qui ont déposé un « recours en plein contentieux » devant le Tribunal Administratif de Paris en ce mois de mars 2019. Nous avons essayé tant bien que mal de faire un « clap » pour le climat sans s’assommer les uns les autres et de sauter sur place, requinqués par les concerts offerts à la communauté.

          On nous a rappelé que les actions continueraient les prochains vendredis pour la marche des étudiants et qu’une autre grève générale, une « action de désobéissance civile non violente » était prévue pour le 19 avril, sans que l’on sache vraiment ce que cela signifie : il faut remplir un formulaire pour bénéficier de futures informations.

          Camarades de classe, professeurs, professionnels, on espère que ces actions vous font prendre conscience de l’ampleur de la crise pour le climat, que nous, étudiants en histoire de l’art et archéologie, nous essayons de connaître et de comprendre les cultures afin, non pas de nous cultiver nous-mêmes, mais de les partager, non seulement avec nos contemporains, mais aussi de les transmettre à nos successeurs sur cette planète : car disons-le « Un et deux et trois degrés / C’est un crime / Contre l’humanité ».

Lise THIÉRION

Louvr’Boîte Hors Série Révisions / Gala / Eté 2018

J-2 : la tant attendue surprise !

Plus que deux jours avant le Gala de l’Ecole du Louvre 2018 sur le thème des Routes de la Soie. Votre dévoué Louvr’Boîte vous a préparé un extraordinaire numéro Hors-Série Révisions / Gala / Eté 2018 pour l’occasion !

En effet, suite à des problèmes d’impression dont nous nous excusons sincèrement, le numéro n’a pas pu être imprimé en temps et en heure et ne pourra même pas être imprimé du tout…

Pour nous faire pardonner, nous vous offrons la version numérique de ce numéro exceptionnel ! Retrouvez aussi en exclusivité sur le même site L’INTÉGRALITÉ de nos numéros depuis la fondation du journal en 2009. 45 numéros, 7 hors-série, de quoi remplir votre été en vous perdant dans les archives de votre magazine adoré 

 

Sans titre.png

Passion Lumière : la Route de la Soie en films

Bon. Vous voulez vous préparer pour le Gala, mais à part essayer une énième fois votre costume de lumière et procrastiner pour ne pas réviser vos oraux de spé vous ne savez pas quoi faire ? Vous avez envie de voyager mais votre budget ne vous permet même pas d’aller au delà de Melun ? Courrez chez votre loueur de cassettes VHS et mettez-vous dans l’ambiance avec ces quelques chefs-d’oeuvres (ou pas, voire absolument pas) du cinéma et des séries ; les pays de la Route de la Soie s’offrent à vous à travers toutes les époques.

  • Départ en Occident : Netflix (ou Pirate Bay, selon votre porte-monnaie et votre audace contre Hadopi) vous propose la série Marco-Polo (2014), vingt épisodes de cinquante minutes pour assouvir votre désir d’aventures dans un univers où dominent cupidité, trahison, intrigues sexuelles et rivalités. Je tiens à préciser que dans la série, Marco Polo apprend le Kung Fu après d’un maître chinois.
  • Venise : Puisqu’il fallait à cette liste sa dose de comédie romantique fondante, Dangerous Beauty (La Courtisane en VF, 1998) devrait satisfaire vos envies de vie de cour, de conflits et d’amour dégoulinant de drame, le tout dans la Venise du XVIe siècle.
  • Terre Sainte : Kingdom of Heaven (2005), Orlando Bloom en forgeron bâtard d’un grand seigneur qui part pour la Terre Sainte défendre Jérusalem contre Saladin, c’est un grand oui.
  • Perse : Prince Of Persia : les Sables du Temps (2010). Une énorme daube – pire que les autres qui se sont glissées dans cette liste. En fait vous feriez mieux de jouer au jeu vidéo dont est tiré le film, mais bon, je tiens une rubrique cinéma, je dois m’en tenir à vous conseiller des films.

Quel film mater avant le Gala (3).jpg

  • Iran : Persepolis (2007), film d’animation, récit autobiographique de Marjane Satrapi qui vous transportera dans le Téhéran des années 80.

Quel film mater avant le Gala (2)

  • Inde : Devdas (2002), incroyable comédie romantique musicale bollywoodienne avec Shah Rukh Khan dans le rôle titre (cet acteur est un dieu vivant en Inde). L’histoire du film se passe au début du XXe siècle et raconte l’amour impossible entre deux personnes appartenant à deux milieux différents, un Roméo et Juliette raconté par Thierry Zéphir.
  • Chine : La Légende du Scorpion Noir (2008), se déroule au Xe siècle et raconte la vengeance de la femme et du fils de l’empereur de Chine, lâchement assassiné par son frère.
  • Corée : Si vous avez loupé Mademoiselle (2016) par Park Chan-Wook, rattrapez-vous tout de suite. Le film est incroyable, les images sont belles à en pleurer, et l’histoire vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière minute. Quel film mater avant le Gala (1)
  • Japon : Le Château de l’Araignée (1976) chef-d’œuvre d’Akira Kurosawa, ce film est une adaptation dans le Japon médiéval du MacBeth de Shakespeare.

Yvine BRIOLAY

La rédaction décline toute responsabilité en cas d’ennui devant un film de merde. 

 

Les animaux héraldiques, ou comment devenir aussi connu que le loup blanc…

         

1024px-Blason_de_Tivoli

Blason de la ville de Tivoli

            Ah les blasons, leurs couleurs, leurs formes, leurs symboles… Tout un univers crypté qui nous fait placer notre deerstalker de Sherlock Holmes sur la tête, surtout quand les guides, trop pressés par le millier de superbes choses à dire, ne prennent pas le temps de nous éclairer sur leur lecture ! Et pourtant rien de plus simple, c’est un jeu d’enfant ! À l’époque de son apparition dans la famille qu’il représente comme aujourd’hui, nous sommes tous capables de les « lire ». En effet, comme un rébus, le blason ne demande pas une grande connaissance particulière : il suffit de se laisser porter par ce qu’il nous évoque instinctivement comme caractéristique pour tel ou tel meuble… Non, ne prenez pas peur, ne passez pas à l’article suivant même si le premier mot technique vient d’apparaître ! Un « meuble », de manière générale, désigne tout élément placé sur un blason en-dehors de sa composition géométrique ou de sa couleur. Il n’y a pas de règles pour le choisir : le propriétaire du futur blason décide du ou des sujet.s y figurant selon l’image qu’il veut donner de lui aux autres. En effet, le blason est fait pour reconnaître facilement les différentes familles selon leur réputation ou la vision qu’elles voulaient bien donner d’elles. Il est fait pour être vu, de près comme de loin. Le choix peut être esthétique (pour la beauté d’un meuble par exemple) ou être « parlant », c’est-à-dire qu’il fait coïncider le meuble avec le nom de la famille ou de l’entité. Par exemple, le blason de la ville de Bois-Colombes est pourvu d’un arbre pour signifier le « bois » et trois oiseaux pour figurer les « colombes ». D’autres choisissent encore un meuble qui symbolise leur personnalité. En effet, on attribue souvent aux humains ou aux animaux des qualités et des défauts : bien évidemment, le propriétaire choisira un meuble qui le met plus souvent en valeur qu’il ne le dessert ! Et c’est là que nos petites bêtes interviennent ! À chacune son caractère, son don ou son attribut !

 

            Dans la famille de l’oisellerie, je demande par exemple l’aigle, symbole de souveraineté ! Chouchou de nombreux blasons, il laisse pourtant souvent sa place à d’autres amis volatiles, allant des rapaces jusqu’aux animaux de basse-cour. Un seigneur plein de sagesse et de prudence penchera pour le hibou. S’il préfère montrer son hospitalité, alors la corneille est son oiseau. Quant au coq (et oui chers compatriotes, vous l’aurez sans doute deviné !), il représente le courage et la fierté ! D’autres créatures à plumes sont d’autant plus intéressantes pour leur subtilité. Prenons la merlette. Souvent représentée sans patte ni bec, elle incarne une blessure reçue sur le champ de bataille. Ainsi, sur le blason de Cosne-sur-Loire, trois merlettes de ce type sont figurées : la ville ayant été un carrefour important de conflits durant la guerre de Cent Ans et celle de Religions, cela explique sûrement leur présence. Si la merlette a en revanche un bec rouge, elle indique plutôt un ennemi majeur qui a été tué. Autre oiseau récurrent, le pélican. Associé à la piété, à l’amour du prochain et à la renaissance, il est souvent utilisé sur des blasons de l’Église chrétienne, voire cousu sur des vêtements ecclésiastiques !

            Passons aux quatre pattes… qui parfois viennent de très loin et sont pourtant représentés sur nos blasons occidentaux médiévaux ! Le lion en est l’exemple le plus rugissant de vérité : reconnu pour sa force et sa bravoure, il est un excellent moyen pour démontrer sa puissance au combat et sa vaillance. On retrouve parfois d’autres mammifères plus étonnants… Dans le Bade-Wurtemberg, deux petits hérissons symbolisent le courage et l’endurance des habitants du village d’Igelswies – « Der Igel » signifiant d’ailleurs « le hérisson » en allemand. Au Danemark, dans le village de Nanortalik, trois ours polaires féroces représentent le courage, la force et la bravoure de ces Danois. D’autres animaux sont mieux connus de notre quotidien, comme cet adorable petit félin jouant avec sa pelote à Chalaines, dans la Meuse, symbole de liberté et d’indépendance, ou encore ce fier canidé de Wintzenheim, en Alsace, représentant à l’inverse l’obéissance et la fidélité.

            Pour que vous puissiez être comme un poisson dans l’eau dans le domaine héraldique, continuons notre safari blasonné avec les animaux aquatiques ! Les poissons justement symbolisent souvent la sagesse, le savoir et la justice. Le barbeau est par exemple le poisson le plus souvent représenté comme sur le blason de Trois-Rivières au Québec. Généralement en position de nage à l’horizontal, ils peuvent aussi se tenir à la verticale, sur leur nageoire caudale, comme les trois chabots sur le blason de la famille Rohan-Chabot ! D’autres qualités sont aussi reconnues aux poissons selon leur espèce : l’esturgeon figure le profit, le mulet le silence, la perche le repos, etc. Pour les animaux marins, on les retrouve surtout pour les villes des côtes comme les ports ou les familles vivant sur les littoraux. Par exemple, la baleine de Biarritz illustre le sens du travail collectif et les dauphins du blason des comtes de Montpensier, leur loyauté, leur bonté et leur vivacité d’esprit.

            Revenons dans les terres et rendons une petite visite aux batraciens et aux reptiles. Animaux souvent délaissés, mal-aimés aujourd’hui, ils n’en restent pas moins des meubles répandus ! Les serpents, ces êtres très discrets, savent bien nous surprendre par leur art du camouflage. Ils représentent ainsi sur les écus la subtilité et la prudence. Les Visconti, célèbre famille italienne, a ainsi adopté ce prédateur pour illustrer leur domination. En effet, leur blason montre un homme ennemi de la maison dévoré par un serpent. Ailleurs, à Épendes, dans le canton suisse de Vaud, deux petites grenouilles ont été adoptées pour rappeler qu’autrefois, des marais entouraient le village. Les lézards sont eux appréciés pour leur symbolique d’amitié loyale et certaines autres espèces de la même famille vont devenir très célèbres… comme la salamandre ! À l’origine véritable animal tacheté de petite taille, elle devient rapidement, grâce à François Ier, une créature de légende, capable de résister aux flammes et qui permet à celui qui la brandit sur son blason de se montrer comme un guerrier intrépide et invincible qu’il faut craindre.

            Dès lors, tout un répertoire d’êtres imaginaires peut être créé sur les armoiries, complétant le règne animal existant. Avec le goût pour ces légendes, les croyances amorcent plus encore dans les esprits un besoin de marquer les pensées grâce aux meubles des blasons. Un griffon aux serres ouvertes, à la gueule béante, aux ailes déployées vient ainsi assaillir l’ennemi invisible avec force et promptitude sur le blason de Riec-le-Belon. En outre, on entend presque siffler, menaçant, un basilic à corps de coq, à la tête et ailes de dragon et à la queue serpentiforme sur celui de Draguignan. Une licorne, symbole de pureté et de chasteté, orne même certaines armoiries, comme celles de Moissey dans le Jura… Ces animaux fantastiques ne se retrouvent pas uniquement sur nos blasons occidentaux : même à des horizons plus lointains, ils y figurent, comme sur le drapeau (héritier d’aujourd’hui de nos armoiries d’antan) du Sud-Vietnam avec son dragon orientalisant !

Désormais, devant un blason, vous ne donnerez plus jamais votre langue à nos petits félins préférés !

Tableau blasons.jpg

Crédits visuels par ordre alphabétique via Wikimedia Commons:
  • Blason de Biarritz – Creative Commons dessin fait par SanchoPanzaXXI
  • Blason de Bois-Colombes – Creative Commons dessin fait par Spedona
  • Blason de Chalaines – Creative Commons dessin fait par Chatsam
  • Blason des comtes de Montpensier- Creative Commons dessin fait par Odejea
  • Blason de Cosne-sur-Loire – Domaine public
  • Blason de Draguignan- Creative Commons dessin fait par Greudin
  • Blason d’Épendes- Creative Commons dessin fait par Xens
  • Blason d’Igelswies- Domaine public
  • Blason de Moissey – Creative Commons dessin fait par Chatsam
  • Blason de Nanortalik – Creative Commons dessin fait par ChristianBier
  • Blason de Riec-sur-Belon- Creative Commons dessin fait par Frédéric Michel
  • Blason de Rohan-Chabot – Creative Commons dessin fait par Odejea
  • Blason du Sud-Vietnam – Domaine public
  • Blason de Tivoli – Creative Commons dessin fait par LPLT
  • Blason de Trois-Rivières – Creative Commons dessin fait par Ssire
  • Blason de la famille Visconti – Domaine public
  • Blason de Wintzenheim- Domaine public

Anne Millot a le nez dans le vent

audace de l amour face

Audace de l’Amour, inspiré de Cléopâtre
Faïence modelée et à la plaque, émaillée, bois 42 x 40 x 6 cm, 2016

Anne Millot est une artiste céramiste française dont la production artistique se concentre exclusivement sur la création de nez. Sujet insolite, dont l’intérêt fut longtemps négligé par les contributeurs de la culture visuelle, celui-ci est pourtant passionnant d’un point de vue historique et regorge de potentiel créatif. Isolés de leur visage, les nez de Pinocchio ou de Cyrano sont immédiatement reconnaissables et en disent long sur la personnalité de leur propriétaire respectif. De même, ce ne sont pas leurs yeux de biche ou leurs lèvres pulpeuses mais leur nez parfait qui ont permis à Néfertiti et à Cléopâtre de rentrer dans les canons de beauté de leur époque. En d’autres termes, le nez tient une place d’exception dans l’imaginaire collectif malgré le fait que nous ayons tendance à le déprécier… d’où la raison pour laquelle Anne Millot s’y intéresse tant !

À l’origine, cette passion des plus surprenantes provient des études d’anatomie de l’artiste. Le nez étant placé au beau milieu de la toile vierge qu’est notre visage, c’est lui que l’on devrait admirer en premier, mais que l’on ignore souvent au détriment des yeux ou de la bouche. Pourtant, chaque nez offre un paysage coloré à celui qui s’y intéresse, tel que le démontre le nez aquilin d’une actrice de cinéma ou le nez fracturé d’un joueur de rugby.

Sans vouloir révéler tous ses secrets de création, Anne admet prendre comme point de départ la photographie, à la fois de face et de profil. Ce n’est qu’après un travail méticuleux d’observation qu’une caractéristique principale se manifeste et devient le fil conducteur de l’œuvre. Vient ensuite le choix de la terre, c’est-à-dire le grès, la faïence, ou encore la porcelaine, ainsi que le travail de modelage. Il faut ensuite s’armer de patience pour la phase de séchage et de ponçage, étape nécessaire avant la cuisson.

Holistiquement votre millot nez face

Holistiquement vôtre, inspiré de Jung, Nietzsche, Freud
Grès sigillé, cuisson primitive, patine, bois 35 x 79 x 8 cm, 2017

Audacieuse, Anne ne cesse d’expérimenter avec sa pratique et d’incorporer de nouveaux éléments à ses sculptures. De fait, sa carrière se distingue par de nombreuses périodes : celle de la terre, du verre, ou encore de la sculpture sur bois. L’une de ses dernières créations, une sculpture de nez en verre rétroéclairé sur bois, permet l’harmonie des couleurs et des matières ainsi qu’une modernité déconcertante. Aujourd’hui, la carrière d’Anne s’apprête à prendre un nouveau tournant grâce à son intérêt grandissant pour l’art cinétique. En effet, en juin 2017, l’artiste produit « La Carmilla », sa toute première sculpture mobile. Inspirée du premier roman fantastique sur le thème des vampires de l’auteur irlandais Joseph Sheridan Le Fanu, la sculpture en question présente deux nez mécaniques qui, dans leur rotation, se transforment en canines… et réservent une petite surprise à ceux qui l’actionnent !

Quelques mois plus tard, c’est la consécration pour Anne dont la première sculpture mobile lui permet de recevoir le prix d’honneur lors du Concours International de Céramique produit par le Vallauris Institute of Art et organisé par le Musée Terra Rossa de Salernes. Aujourd’hui, ses sculptures ont beaucoup voyagé, ayant été exposées à Paris, Cannes, Lausanne, et même à Londres, dans le cadre d’expositions individuelles et collectives. En effet, celles-ci ne cessent d’attirer la curiosité de parfumeurs, de viticulteurs, de collectionneurs, et d’amateurs d’art qui sont de plus en plus nombreux à pointer le bout de leur nez aux expositions d’une artiste passionnée et passionnante…  au nez dans le vent !

 

la marianne face anne millot

La Marianne, inspiré de Brigitte Bardot
Faïence modelée et à la plaque, émaillée 19 x 17 x 3,5 cm, 2016

Découvrez les dernières créations d’Anne Millot sous la verrière du Grand Palais lors de la prochaine édition du festival Art Capital : le Salon des Artistes Indépendants, qui aura lieu du 13 au 19 février 2018 de 11h à 20h. Pour contacter l’artiste, rendez-vous sur www.anne-millot.com

Louis Denizet