L’apARTé scientifique – Le Kamakala yantra : de la géométrie sacrée sous l’érotisme

          Tous ceux qui sont passés par la Deuxième Année de Premier Cycle de l’École ont pu admirer les magnifiques mithunas du temple viśnouite de Lakśmana à Khanjuraho dans le Madhya Pradeś avec Monsieur Zéphir (milieu du Xe siècle, règne de Yaśovarman, 925 – 950 … voilà voilà). Malheureusement trop rapidement, notre professeur nous a précisé que ces images n’étaient pas « faites pour la gaudriole » et qu’elles cachaient en réalité des yantras, des schémas géométriques aux significations ésotériques. Que donnerais-je pour avoir un cours entier dédié à de telles représentations érotiques ? Quoique en fait le cours de XVIIe fait très bien l’affaire …

 

          Enfin, à défaut de cours écrivons un ApARTé ! Un peu spécial celui-ci car sa seule facette scientifique est l’utilisation de GeoGebra pour réaliser le yantra … Mais je vous assure qu’il faut au moins avoir fait Math Sup pour comprendre le charabia expliquant sa construction (à moins que ma très mauvaise compréhension de l’anglais n’ait joué là-dedans). Ça a d’ailleurs été un véritable plaisir de manipuler de nouveau ce formidable outil ! On ne ressort pas indemne de la filière S voyez-vous …

 

          Mais bref, commençons notre exposé ! Les mithunas sont déjà présents avant l’ère chrétienne, apparemment sans aucun rapport avec les yantras, mais ils sont très peu nombreux par rapport aux Xe et XIe siècles de notre ère. Une réelle importance leur est donnée avec l’apparition du tantrisme dans l’hindouisme à partir du VIe siècle. Ce dernier place le désir, la poursuite du plaisir (kama) à l’origine de toute chose, prenant en quelque sorte la suite du védisme et s’opposant ainsi au brahmanisme, plus axé sur la rétention. Le kama est donc pour les tantrikas (pratiquants du tantrisme) un but légitime de la vie, permettant la libération (mokśa) du cycle des réincarnations (samsara). Cela passe par des rituels sexualisés, avec une centralité des fluides sexuels. Aussi, la semence mélangée aux sécrétions femelles (rajas) donnerait un nectar d’immortalité (amrita) et est parfois ingurgité par les adeptes pour recentrer leurs çakras, ce qui serait lié à l’acte de fellation (vajroli mudra). Insistons quand-même sur le fait que cela se pratique dans le cadre exclusif de rituels entre initiés, il ne s’agit en aucun cas de libertinage ou de fornication à tout va !

 

          Mais les mithunas dans tout cela ? Comme nous le dit très bien notre vénérable professeur d’Inde, il s’agit de représentations d’actes sexuels cachant en vérité un message bien plus profond : un yantra. Il s’agit autant de la révélation d’une vérité que d’un support visuel de méditation, souvent associé à un mantra qui en est le support vocal. D’abord utilisé dans l’hindouisme, il passe ensuite dans le bouddhisme et dans d’autres religions asiatiques. Composé exclusivement de formes géométriques, il n’est pas sans rappeler les mandalas (ces ères rituelles emplies de symboles de l’hindouisme et qui sont très utilisées comme supports de méditation dans le bouddhisme). Chacune de ses formes composantes, chacun de ses points sont associés à des concepts et à des divinités  connus de l’initié. La médiation de ce dernier consiste à en saisir la force, l’énergie en regardant le yantra, souvent caché par une représentation plus banale pour que les non-initiés n’en perçoivent pas la teneur.

 

          Cependant, revenons sur notre temple de Lakśmana à Kanjuraho. Les mithunas qui y prennent place cachent donc un yantra particulier : le Kamakala yantra, que je vous présente ici :

 

          Vous pouvez voir qu’il se superpose plutôt bien aux mithunas montrés dans les cours d’Inde concernant Khanjuraho, autant celui du temple viśnouite de Lakśmana que celui du temple śivaïte de Kandariya Mahadeva:

 

 

 

Mithuna du temple de Lakshmana à Khajuraho

 

 

Mithuna du temple de Kandariya Mahadeva à Khajuraho

         

         Quelle en est la signification ? Nous ne pourrions le savoir, en tant que non-initiés, si un architecte de l’Oriśa du XIe siècle, Ramacandra, ne l’avait dévoilé dans un manuel d’architecture à destination des tantrikas  : le Silpa Prakasa. Or ce texte a connu une traduction en anglais par Alice Boner et Sadasiva Rath Sarma dans leur ouvrage Silpa Prakasa : Medieval Orissan Sanskrit Text on Temple Architecture. Traduction dont j’ai pu humblement traduire en français la partie relative au Kamakala yantra (et il s’agit à ma connaissance de la seule traduction en français de cette partie du texte). Notez que mon anglais est plutôt déplorable, mais ce texte a été relu par une amie s’en sortant ô combien mieux que moi et semble donc correct. Le tout est assez explicite, vous le verrez, et j’avoue avoir eu quelques remords à dévoiler ainsi un contenu aussi sacré après l’avoir traduit. La volonté de découvrir et de partager ces connaissances a néanmoins pris le dessus, mais j’invite quiconque préférerait laisser la signification de ce yantra aux initiés à arrêter là leur lecture. Notez enfin qu’il serait périlleux, sans initiation, d’utiliser ce savoir, que tout n’est sans doute pas explicité dans le Silpa Prakasa, ne laissant à notre vue que des brides incomplètes et peut-être dangereuses sans leurs parties manquantes.

 

Après cet avertissement, voici l’extrait du Silpa Prakasa relatif au Kamakala yantra, soit les vers 2. 498 – 539 :

  • 498. Dans ce contexte [de l’ornementation des murs extérieurs du temple], comprenez les raisons des panneaux de sculptures érotiques (kamabandhas). Je vais les expliquer selon la tradition populaire parmi les sculpteurs (silpavidya)
  • 498. Dans ce contexte [de l’ornementation des murs extérieurs du temple], comprenez les raisons des panneaux de sculptures érotiques (kamabandhas). Je vais les expliquer selon la tradition populaire parmi les sculpteurs (silpavidya).
  • 499. Kama est le toit de l’existence du monde. Tout ce qui est né est issu du kama. C’est par le kama aussi que la substance originelle et tous les êtres disparaîtront finalement.
  • 500. Sans [l’union passionnée] de Śiva et Śakti, la création ne serait rien d’autre qu’une affabulation. Rien de la vie à la mort ne se produit sans l’action de kama (kamakriya).
  • 501. Śiva est la manifestation du grand linga, la forme essentielle de Śakti est le yoni. Par leur interaction, le monde entier a vu le jour, c’est ce que l’on appelle l’action de kama.
  • 502. L’art érotique canonique (kamakala vidya) est un vaste sujet dans les écrits anciens (Agamas). Comme cela y est inscrit : « un lieu dépourvu d’imagerie érotique est un lieu à éviter ».
  • 503. Certains lieux sont considérés comme inférieurs, et comme étant toujours à éviter, par les autorités tantriques (kaulaçara), comme s’ils étaient l’antre de la Mort ou des ténèbres impénétrables.
  • 504. Sans [le premier] rite savant d’offrande et d’adoration (puja) au Kamakala Yantra, toute adoration de la Déesse (Śaktipuja) ou pratique tantrique (sadhana) est aussi futile que le bain d’un éléphant. [ndlr : what the fuck !?)
  • 505. Quand ce yantra est consacré, ce bâtiment peut être considéré comme un Temple tantrique (viramandira). Ici tous les obstacles, les peurs, et caetera …  sont sûrs d’être détruits.
  • 506. À la simple vue de ce yantra toutes sortes de fantômes, démons et autres créatures hideuses sont sûres de fuir au loin
  • 507. Écoutez, et j’exposerai prudemment ses secrets. [Mais souvenez-vous,] ce yantra ne doit jamais être divulgué à quelqu’un qui ne serait pas un pratiquant du tantrisme.
  • 508. La base de cette figure tantrique (virabhumi) doit être quadrilatère, soit carrée soit rectangulaire. À travers l’aire totale de ce domaine quadrilatère, deux lignes doivent êtres tracées.
  • 509. L’une verticale et l’autre horizontale, ces lignes doivent se croiser à la « maison précieuse » [au point central]. En partant de ce point précieux, les diagonales doivent être dessinées jusqu’aux coins, divisant donc la figure entière en yonis triangulaires.
  • 510. S’étendant verticalement depuis la ligne de base la plus basse du domaine de yantra, un fin linga doit être créé, avec un sommet arrondi comme une pierre précieuse s’étendant au-dessus du point central.
  • 511. Au-dessus de ce précieux sommet, la véritable essence du kamabindu [le point de l’amour] est marqué par une goutte bulbeuse, la goutte (bindu) qui confère tous les pouvoirs surnaturels.
  • 512. Après cela, les seize matrikas [les seize « petites mères », des déesses-mères aidant Śakti dans ses combats] sont consignées un même nombre de yonis triangulaires, assurez-vous que chacun est dans un fascinant contact avec le linga.
  • 513. Ces seize facettes (kalas) sont toutes formellement conçues comme étant des yonis, uniquement en vertu de la convergence linéaire avec le linga, devenant ainsi [un groupe complet de seize] facettes.
  • 514. Comment, ensuite, est réparti le domaine segmenté de manière à constituer les quinze [il s’agit de seize] principaux orifices qui sont joints au linga ?
  • 515. Par quels moyens ces figures triangulaires seront considérées comme représentant des yonis, desquels la totalité de ce yantra est constitué ?
  • 516. Dans la moitié supérieure, deux lignes obliques doivent connecter le bindu [point] supérieur central à [celui de] la fin de la ligne horizontale centrale. De la même manière, tracez des lignes du centre inférieur jusqu’aux diagonales des coins.
  • 517. [Les deux triangles latéraux de la partie suprieure sont ensuite subdivisés horizontalement :] Kamesi est la première Śakti [elle est assignée au triangle supérieur à droite], Bhagamalika est la seconde [en-dessous d’elle], Nityaklinna est la troisième [au triangle supérieur à gauche], et la quatrième est Bherunda [en-dessous d’elle].
  • 518. [En-dessous] du groupe de trois domaines de gauche, Mahavajre Svan est assignée au triangle du bas, Śivadutika est à côté d’elle [à droite du linga].
  • 519. À côté d’elle, dans l’autre domaine du coin à gauche, est la citśakti [énergie spirituelle] Vahnivasini, jointe avec des lignes fascinantes.
  • 520. À sa gauche, et liée à la partie terminale du sommet précieux (maniksetra) du linga est placée la déesse Vajreśvari.
  • 521. Au-dessus, à droite est Tvarita, l’inébranlable essence des facettes (kalatmika) de Śakti, et opposée [à elle], à gauche est Kulasundari.
  • 522. Dans cet ordre sont les magnifiques domaines occupés sur les côtés. Dans  le grand yantra de l’autel-vulve (bhaga-pitha) seulement six autres restent à énumérer.
  • 523. Contre le bord droit du linga est Śakti Kllapataka, opposée à elle est la charmante et souple Jvalamalini.
  • 524. Vijaya, la constante Compagne [est en haut à gauche], Kamaleśvari s’étend en-dessous d’elle à la précieuse extrémité du linga.
  • 525. À son côté à droite, la divine Tripurasundari est placée [et au-dessus d’elle], opposée à Vijaya [est Bhairavi], l’amour constant de Bhairava, chérie des impuissants.
  • 526. Ce sont les seize Śaktis, les déesses qui sont les réelles essences de l’Amour (kamakalatmika), constituant ensemble le domaine du yantra. Autour de sa périphérie extérieure un anneau protecteur de [huit] yoginis [est invoqué].
  • 527. Nirbhara au point central supérieur, Rahaśyaka au coin supérieur gauche, Kulotkirna au centre du côté gauche, Atirahaśya au coin inférieur.
  • 528. À la place centrale la plus basse Sampradaya, au coin suivant Guptatarahgika, Guptayogini au centre du côté droit, et Nigarbha en haut à droite.
  • 529. Ce sont les yoginis du domaine périphérique, par opposition au facetté Domaine de l’Amour. [Enfin], la Śakti Suprême, la grande déesse des Facettes de l’Amour [ou de l’Art de l’Amour], Paraśakti Maha-Kamaleśvari [est visible] dans la goutte centrale.
  • 533-534. Juste en-dessous d’elle, de la précieuse extrémité [du linga du yantra] apparaît Śiva, le seigneur de Kamakala, son teint quelque peu sombre, profondément immobile dans une pose de yoga assise, tout-puissant, [néanmoins]constamment absorbé par ses rapports sexuels avec Kamakaleśvari, à cheval sur le çakra ajna, toujours enchanté de boire ses fluides sexuels (rajahpanaratah).
  • 535. Portant le costume de l’ascète, [il est] le yogin Kamaleśvara, seigneur présidant au grand Kamakala Yantra, le sombre Sankara.
  • 536. Ce très secret yantra est le meilleur moyen de protéger tout lieu. Il est une aide à la puissance perceptible, et manifestement le [meilleur] pourvoyeur de tous les accomplissements (siddhis).
  • 537. Dans tous les meilleurs temples de Śakti et Śiva ce yantra doit certainement être déployé, alors leur gloire restera immuable, comme les montagnes.
  • 538. [Mais] ce très secret des yantras secrets ne doit être vu par n’importe qui. C’est la raison pour laquelle ces images de jeux érotiques [doivent cacher] les alignements du yantra.
  • 539. Le point de vue répandu parmi les tantrikas est que les images érotiques doivent orner les plus hauts panneaux sur les pilastres du mur extérieur du temple. Ces panneaux de sculptures érotiques doivent être placés de manière à émerveiller le grand public.

 

Voici donc un résumé des significations des différentes composantes de ce yantra:

 

       

 

 

Pas de la simple « gaudriole » donc.

 

Raphaël Vaubourdolle

Ek°Phra°Sis – Ça devient chaud pour Théophile de Viau !

ANONYME, La Femme entre deux âges, XVIème siècle, 117X170 cm, Musée des Beaux-Arts de Rennes

 

            Impiétés ! Abominations ! Blasphèmes ! François Garasse exulte de rage. Ah il croyait sans doute bien s’en tirer, ce Viau ! Pas de chance pour le malandrin ! Quelle erreur de signer le premier poème du Parnasse satyrique, publié en avril 1623. Comment Diable avait-on déjà pu lui accorder un privilège en 1622 pour publier cette horreur ? Garasse ne se laissera pas faire, lui le redoutable Jésuite qui faisait même trembler les feuillets de pamphlets distribués sous le manteau dans tout Paris. La cause de son agitation et de sa suffocation ? Ce recueil de plus d’une centaine de poèmes licencieux, à la tonalité érotique aussi crue que burlesque.

            Tous ne sont pourtant pas écrits par Théophile de Viau qui en a signé le premier poème dans l’édition originale. Aidé par d’autres auteurs, les compositions glissent peu à peu dans un libertinage de plus en plus extrême et assumé. Le sous-titre même le souligne : le lecteur y trouvera « le dernier recueil des vers picquans et gaillards de nostre temps ». Pour cause, certains poèmes aussi longs que courts (la taille ne compte pas, tout le monde le répète), sont très imagés et explicites. En voici un petit florilège :

 

« A Philamon. Sur sa Perrette.

Pour n’estre par elle vaincu
Au jeu, où elle est tousjours preste,
En luy pensant rompre le cu,
Philamon, tu te romps la teste. »

 

« Sonnet.

Mes dames qui avez inventé cet usage,
De vous jouer vous-mesme à des V. de velours,
Si vous vouliez d’autruy rechercher le secours,
Certes vous y auriez du plaisir davantage.
Pour apaiser d’un c… la fureur et la rage,
Il luy faut un gros v… et lequel soit tousjours
Bien roide et bien fourny de la sauce d’amour,
Que l’on nomme f…tre, en naturel langage.
Foutez-vous tout un jour, toutes deux, s’il vous plaist
De vos gaudemichis, enfin tout cela n’est
Que pardonner l’amour par une moquerie.
Mais prendre à belle main un bon gros V. nerveux,
Et en remplir d’un c… le gosier chaleureux,
C’est le vray jeu d’amour et vraye f…terie. »

 

            Dès lors, on comprend un peu mieux ce qui a pu autant choquer le Jésuite. Pourquoi Viau s’est-il lancé avec ces compères dans un tel projet, pourtant si dangereux pour eux ? La réponse se trouve peut-être dans l’avertissement au lecteur, uniquement présent dans la première édition de l’ouvrage. Non signé, beaucoup pensent toutefois que ce message est bien de la main du licencieux Théophile. Il y explique combien le poème satyrique est difficilement maîtrisable et que, pour le rendre parfait, il faut en premier lieu savoir le déclamer sans peur. Même s’il salue le talent et les efforts de Ronsard et ses autres prédécesseurs, il regrette toutefois que ceux-ci aient toujours dû se plier à la règle de la censure. Avec ce contre-exemple, il tend à montrer qu’à travers les poèmes qui vont suivre, écrits par lui et certains comparses contemporains qu’il va jusqu’à citer, l’art atteindrait enfin sa perfection. Avec le recul de la lecture, en reprenant la fin de l’avertissement, il est dur de s’empêcher de sourire en lisant l’une des dernières phrases : « Jouys cependant de ce que je t’offre ». Le double-sens était vraisemblablement volontaire…

            Hors, François Garasse n’en aurait apparemment pas joui… En plus du caractère immoral du recueil, la publication est d’autant plus grave pour lui que Théophile fait parfois l’apologie… de la sodomie ! Dès le premier poème qui plus est ! Cela part donc déjà mal entre les deux hommes… En effet, le recueil débute par un sonnet dont on sait s’il a bel et bien été écrit par Viau. Un jeune homme se plaint d’avoir contracté la vérole en couchant avec une demoiselle dénommée Philis. L’ultime tercet explicite alors une pointe blasphématoire faisant blêmir le Jésuite :

 

 « […]
Mon Dieu, je me repens d’avoir si mal vescu ;
Et si vostre courroux à ce coup ne me tuë,
Je fais vœu désormais de ne f…tre qu’en cu. »

 

En d’autres termes, si une intervention divine guérit le poète, celui-ci fait vœu, en repentance de ses ébats avec Philis, de n’avoir désormais des rapports sexuels qu’avec des hommes.

 

Portrait gravé de Théophile de Viau, XVIIème siècle

Garasse n’en reste donc pas là. Il contacte le procureur général du Parlement de Paris, Mathieu Molé, qui lance les poursuites contre les présumés auteurs du recueil. Ces derniers prennent alors la poudre d’escampette. Le temps de mettre la main sur les libidineux poètes, un  jugement est toutefois rendu par contumace. Viau est condamné à être brûlé vif avec ses œuvres et Pierre Berthelot à la pendaison. Absents lors du procès et donc, à défaut de leur faire subir réellement leur sort, ce sont des effigies qui prennent leur place sur le bûcher ou avec la corde au cou.

 

Quand Théophile est finalement attrapé avant qu’il n’embarque pour l’Angleterre, il est enfermé à la Conciergerie. Le procès reprend mais s’accompagne d’une bataille de libelles pour ou contre l’auteur du nouvellement baptisé « sonnet sodomite ». Sous la pression, le tribunal commue la peine en un exil de neuf ans… Pourtant, quelques temps après sa libération, Viau finit par mourir en 1626. Ce décès provoque un ralentissement presque brutal des publications libertines du début du XVIIème siècle. Le sort de Théophile de Viau a donc servi d’exemple pour tous ceux étant tentés de faire de même.

           

 

            Dans d’autres arts également du XVIIème siècle, un libertinage est perceptible. En peinture, malgré le contexte de la Contre-Réforme qui limite l’érotisme dans les œuvres, certains trouvent quand même des moyens détournés pour justifier des compositions plus grivoises. Simon Vouët est l’un d’eux. Pour assurer ses arrières, prendre un sujet religieux s’avère un bon choix, surtout dans l’Ancien Testament. Entre Bethsabée au bain, Samson et Dalida, Suzanne et les vieillards, la palette du possible est assez large. Toutefois, le premier peintre de Louis XIII choisit le thème le plus favorable d’entre tous pour peindre la sexualité la plus audacieuse possible : Loth et ses filles.

VOUËT, Loth et ses filles, 1633, huile sur toile, 160X130 cm, Strasbourg, musée des Beaux-Arts – Palais Rohan

 

            Au Palais Rohan de Strasbourg, le Musée des Beaux-Arts abrite cette huile sur toile grand format de 1633. Loth, enivré par ses propres filles, s’apprête à coucher avec l’une d’elle qui préfère avoir des enfants de son père plutôt que de se donner à un païen. Vouët s’attache à peindre une sensualité calme en apparence, pourtant tout en tension : la jeune fille écarte déjà les jambes pour se donner avec empressement, elle échange un regard complice et ardent avec son père qui a déjà la main posée sur son sein tandis que l’une des sœurs ayant enivré Loth avec sa cruche, scrute la scène dans un voyeurisme satisfait par un sourire en biais. Alors que nous sommes au début de l’attouchement, une prolepse est créée dans le choix des lignes par le peintre. L’enchevêtrement des corps, le mélange de ces jambes emmêlées dans les tissus froissés baignés d’une lumière blonde, préfigurent l’acte sexuel qui va suivre.

            Que ce soit à travers Viau ou Vouët, le XVIIème siècle se révèle alors à nos yeux dans une vision moins sage qu’il n’en avait de prime abord l’air, s’éloignant parfois de la stabilité profonde, maîtrisée et universelle que prône pourtant la mesure du classicisme. Si la Contre-Réforme et la réponse de Garasse avec sa Doctrine curieuse des beaux esprits en 1623 tentent de masquer l’existence de ces mœurs légères, il est encore possible aujourd’hui de reconsidérer le début du Grand Siècle avec un œil nouveau… et parfois bien frivole !

 

Laureen Gressé-Denois

 

Nota Bene : Pour ceux avides de continuer leur lecture du Parnasse satyrique, la première édition se trouve entièrement numérisée ici, sur le site de la BNF.

L’intimité vue par les illustrateurs

« Un bain de folie », @Petites Luxures, 2020

 

Les sorties en couple, les plaisirs solitaires ou encore les moments seuls passés à deux : voilà quelques-uns des sujets de prédilection des illustrateurs français. Ils représentent l’intimité avec beaucoup de subtilité mais aussi avec des techniques très originales.

 

💗Les jeux de mots sensuels de Petites Luxures💗

Des feuilles de carnet et de l’encre noire, c’est tout ce dont Petites Luxures a besoin pour ses scènes érotiques. Elles sont toujours accompagnées d’un jeu de mots subtil qui nous aide à entrer un peu plus dans les illustrations. Quant aux scènes, elles sont particulièrement variées : des femmes enlacées, un dîner aux chandelles ou un plan à trois torride, Petites Luxures explore toutes les facettes de l’intimité. C’est un véritable kaléidoscope amoureux que nous propose l’artiste.

 

✏️ L’esquisse amoureuse d’Estine Coquerelle ✏️

Loin du style très épuré et élégant de Petites Luxures, les illustrations d’Estine Coquerelle sont imprégnées de bien plus de réalisme et de douceur. Elle s’inspire de sa vie de tous les jours, aussi bien des personnes qu’elle côtoie que de son reflet dans le miroir. Grâce à ses illustrations, elle nous immerge dans l’intimité des corps, dans les étreintes charnelles des couples, dans les baisers passionnés, mais aussi dans la volupté des corps, faisant de ses œuvres une ode à l’amour et à la beauté des corps.

 

 

🎆La Corée du Sud rêvée de Sehee Chae 🎆

L’intimité, c’est aussi en dehors du couple et du confort de son chez-soi. C’est la routine de chaque jour dans les transports, le regard que l’on porte sur les autres et sur ce qui nous entoure. Et c’est justement dans cet aspect de l’intimité que l’artiste sud-coréenne Sehee Chae nous entraîne. Elle nous guide dans les rues de Séoul, à travers un quotidien simple, constitué de sorties entre amies, de paysages urbains et de gastronomie coréenne.

 

👱🏻‍♀️ L’anatomie fantaisiste de Lucy Pass 👱🏻‍♀️

Plutôt que de se pencher sur le quotidien des gens, Lucy Pass s’intéresse à leur anatomie. Elle peint des visages parfois incomplets, ou même seulement une lèvre ou un œil. Pourtant, ces fragments d’individus sont terriblement vivants. Ils racontent une histoire, des rêves, des peurs, des attentes. Les portraits peints incomplets de Lucy Pass nous invitent à deviner l’intimité des autres et à chercher à voir au-delà des apparences.

🧶Les portraits de fils noués de Cayce Zavaglia🧶

Certains artistes développent des techniques originales. C’est le cas de Cayce Zavaglia qui ne dessine qu’avec des fils. Ses portraits sont réalisés à partir de milliers de fils particulièrement fins qu’elle croise et noue entre eux. Ses broderies sont comme des peintures hyperréalistes. Cayce Zavaglia représente ses modèles tels qu’ils sont, avec leurs particularités et leurs imperfections, à l’aide d’un coloris délicat et captivant.

 

 

06

 

Anne Aumont

Mots mêlés, mots saisonniers !

Ça y est ! C’est presque la fin des oraux ! Pour faire une pause dans les révisions ou fêter enfin l’achèvement des examens, le Louvr’Boîte vous propose un mots mêlé d’exception ! Vous pourrez retrouver la solution très bientôt dans la publication de notre hors-série Gala en entier et en PDF sur Issue ! Amusez-vous bien !

MOTS MELES GALA

Mots à retrouver horizontalement et verticalement selon la définition !

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ : c’est à cause de son enlèvement et de quelques grains de grenade qu’on subit les saisons (version grecque)

_ _ _ _ _ _ _ : s’est soumise à Zeus dans cette même histoire, pour récupérer sa fille chérie (version grecque)

_ _ _ _ _ _ _ : qui dit série, dit chill, dit

_ _ _ _ _ _ _ _ : une saison en hommage à l’AS

_ _ _ _ _ _ _ _ : se produit deux fois par an, dans le ciel

_ _ _ : de pierre ou d’abondance

_ _ _ : on vous parlera souvent d’entrer dans une nouvelle

_ _ _ _ _ _ : la fréquence de tes checkups médicaux, ou de ton adhésion au BDE

_ _ _ _ _ : au nombre de trois à l’école, tu peux aussi te casser après le premier

_ _ _ _ _ _ _ : période intermédiaire (calm down les Égyptos) entre deux temps, comme celui à l’an 2000

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ : sonores ou bien de couleurs, elles incarnent parfaitement le thème

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ : hantise des élèves de l’EdL

_ _ _ _ _ _ _ _ _ : un peu de changement, ça fait toujours du bien

_ _ _ _ _ _ _ _ _ : marque chaque saison, et le Gala en sera un aussi

 

 

Quel ancien numéro du Louvr’Boîte es-tu?

11 ans de Louvr’Boîte depuis sa création ! Autant de saisons que nous continuons à vous régaler de nos articles et illustrations ! Alors que certains sont de véritables fans fidèles, t’es-tu déjà demandé quel ancien numéro du LB tu étais ? Découvre-le avec ce test exclusif !

Lacunaire sonnet au doux air saisonnier

Nombres d’odes aux saisons furent écrites, chantées,

Déclamées à foisons par l’aète hanté.

Saurez-vous, à sa suite, écrire à rimailler

Mots liés à ses cycles, et sonnet émailler ?

104191306_566511890712867_7569776521787370896_n

Un vaillant gentilhomme, poète pérégrin,
Allait par monts et vaux sous l’automnal 1.
La lune bien accorte et maints jours élevée,
Il eut bientôt escorte de brillants 2.

 

Mais sous les acérés sépales des 3.
La neige se rendit aux printaniers Marcus.
Chaleur se fit geôlière, et barreaux d’or les 4.
De notre aventurier. Soleil en est témoin !

 

Que diable ! Notre ami, en bretteur éclatant
Et fort malicieux, reprit le cours du 5.
Du tambour de Shiva, épée de tessiture,

Il rythma le nouveau cycle de la
6.
Et toujours ce héros, entonnant ses chansons,
Échanson de l’Horée, va au fil des 7.

 

simple-black-and-white-tree-branches-tree-branch-frank-tschakert

1 Pluie violente et drue, végétal homonyme.

2 Neigeuses concrétions à l’éternelle vie.

3 Fleurs produisant du safran, premières du printemps.

4 Herbes sèches des champs, fourrages pour les bêtes.

5 Relatif en physique, il peut paraître long.

6 Infante de la Terre, absente de Paris.

7 Vous ne sauriez donc lire le titre du gala ?

Alphonse Mucha et les quatre saisons

Alfons_Mucha_-_1896_-_Autumn

MUCHA, L’Automne, 1896, huile sur panneau, coll. privée

 

Afin de vous donner quelques idées de costume et vous mettre en tête des images inspirantes et envoûtantes, le Louvr’Boîte vous propose de plonger pour quelques lignes dans l’univers d’Alphonse Mucha. L’autrice tient à signaler qu’elle s’est appuyée sur le catalogue de l’exposition Mucha qui a eu lieu au musée du Luxembourg en 2018-2019, d’où la présence de certains éléments mentionnés dans ce catalogue.

Si vous ne connaissez pas (encore) Alphonse Mucha, voici l’occasion de le découvrir. Artiste d’origine slave, il est très lié à Paris et à l’émergence du mouvement Art Nouveau. Il choisit l’art de l’affiche et de l’illustration pour développer son style. D’abord illustrateur, la légende veut qu’il s’essaie au genre de l’affiche suite à un coup de téléphone de Sarah Bernhardt à son éditeur au moment des fêtes de fin d’année, moment où Mucha était le seul artiste présent à Paris et disponible pour travailler. Il produit alors l’affiche pour la pièce Gismonda (nous y reviendrons). Deux éléments favorisent sa célébrité à l’époque : d’une part, l’amélioration des techniques d’impression et le développement de la slavophilie en France.

De plus, afin d’être au plus proche du résultat qu’il souhaite obtenir, Mucha fréquente beaucoup les éditeurs et les lithographes chargés d’imprimer les images dessinées dans le but de mieux comprendre le processus de fabrication de l’image.

Le style de Mucha est très facilement reconnaissable. Il est tellement unique qu’on parle généralement de « style Mucha ». Certains éléments s’expliquent par le fait qu’il passe de l’art de l’illustration (une image dépendante d’une narration, au service du texte donc) à l’art de l’affiche (dans lequel l’image est primordiale et doit permettre au spectateur de comprendre de quoi il retourne avant même d’avoir lu le texte). Mucha prend alors le parti de la représentation d’une image énigmatique dont la narration est toujours présente, bien que dissimulée. Revenons donc à l’affiche de Gismonda, la première qu’il réalise. Une fois le coup de fil passé par Sarah Bernhardt à l’imprimeur, Mucha compose une affiche qui, après quelques retouches est proposée à la comédienne. Le coup de cœur et le succès sont au rendez-vous étant donné que les affiches relancent le succès de la pièce.

Assez paradoxalement, Mucha n’a jamais souhaité être un représentant de l’Art Nouveau. Il souhaitait avant tout produire un art nationaliste qui incarnerait la grandeur slave. C’est un peu malgré lui qu’il s’est retrouvé propulsé au rang d’icône du mouvement. Son style est, malgré cela, assez unique pour être très vite identifiable. On trouve, sur la plupart de ses œuvres, une silhouette féminine longiligne aux longs cheveux et aux vêtements fluides justifiant le dessin d’un drapé mouillé aux plis très accentués. Ces silhouettes sont souvent accompagnées de végétaux (fleurs, arbres, fruits, feuilles) et représentées dans un cadre naturel.

Arrive maintenant l’heure du tuto :
« Sois une œuvre de Mucha »

 

2020-06-12_222218
Coiffure et visage : concernant la coiffure, il vaut mieux avoir de longs cheveux, bouclés de préférence. Peu importe leur couleur : blond, brun, rouge, tout peut se faire. Ensuite, un maquillage léger s’impose : mascara et rouge à lèvres léger formeront une combinaison discrète qui mettra en valeur les traits principaux du visage.

 

 

2020-06-12_222243
Vêtements : il vaut mieux trouver une robe longue, de couleur unie, dans les tons pastels, dans un tissu assez léger et fluide qui fera facilement des plis marqués.

 

 

 

té
Acces
soires : une couronne de fleurs assortie aux cheveux complétera cette tenue. Si lesdits cheveux sont blonds, il vaut mieux privilégier des fleurs aux tons pastels. Si les cheveux sont bruns, des fleurs rouges ou oranges les accompagneront parfaitement.

 

Le Gala de l’École du Louvre n’attend plus que vous…

 

Neavi

Musées, distributeurs de vérité ?

Capture d'écran Youtube, clip _Apeshit_, The Carters

 

 

               2020 restera probablement dans les annales comme une année riche en catastrophes, mais aussi comme celle qui a essayé de changer le monde pour le mieux et notamment dans le combat contre le racisme. Mais cette (r)évolution ne peut se faire sans l’aide de la culture, et notamment des musées, qui peuvent contribuer aux luttes sociales.

 

               Le 11 juin 2020, une lettre ouverte aux musées a été publiée par Louise Thurin, présentée dans la lettre comme étudiante métisse à l’école du Louvre, avec Zélie Caillol, présentée comme étudiante à l’ICART Paris, intitulée : « « Cher musée… » La réaction des institutions muséales au mouvement BlackLivesMatter ».

Quelle réaction les institutions ont-elles eu ? Quasiment aucune. Et c’est là tout le problème.

               Cette lettre, éloquente, incroyablement pertinente et émouvante expose, voire dénonce, l’absence d’implication des musées face à ce mouvement, qui brillent par leur silence, par leur « timidité institutionnelle », comme le formule si bien la lettre. Si la lutte a explosé aux Etats-Unis avec la mort de George Floyd, un homme afro-américain décédé sous le coup de violences policières à Minneapolis le 25 mai 2020, le combat anti-raciste ne date pas d’hier et il reste toutefois peu soutenu par les institutions culturelles.

 

               La lettre s’adresse au « musée », au singulier. Étrange ? Pas tant que ça. Le principe du musée comme institution trouve ses débuts à l’heure du « Liberté. Égalité. Fraternité » scandé par la Révolution Française et depuis ce jour, le musée se dit social, porteur d’enseignement et j’en passe. Mais depuis ce jour, le musée a-t-il eu une résonnance anti-raciste plus forte que celle de prêter ses galeries en décor du clip Apeshit de Beyoncé et Jay-Z ?

Je n’en sais rien, car on ne me l’a pas enseigné.

               Ce ne sont pourtant pas les espaces d’interaction et de diffusion, ni les contenus qui manquent. Le site du ministère de la Culture indique à ce jour 1 218 « Musées de France ». En 2016, France Culture publiait une carte dynamique à l’occasion des journées européennes du patrimoine, indiquant 6.1 musées pour 100 000 habitants en France, ce qui est l’un des plus hauts taux en Europe. Derrière cela, des milliers d’étudiants et des milliers de professionnels de la culture croient en l’utilité de ces institutions et de la justesse d’information qui y est véhiculée. D’autres millions d’individus s’y retrouvent pour chercher leur héritage.

 

« Les musées ne sont pas neutres. Ils sont en France un bastion de la République – une conquête du peuple ».

 

Non seulement la lettre ouverte encourage les institutions muséales à réagir, à s’adresser à ses citoyens et à ceux du monde entier pour nous aider à agir, ensemble, contre « le racisme, la désinformation, la haine, le complotisme, les pseudos-sciences », mais elle propose également des moyens d’actions.

 

« Nous n’attendons pas de témoignage de solidarité, mais de contenus […] ».

 

               De nombreux points sont en effet abordés dans la lettre, car le manque de déconstruction peut être dangereux pour notre futur. Il ne s’agit pas d’afficher un tableau noir tagué BLM comme un post Instagram : la lettre insiste sur la nécessité de repenser les discours, la visibilité de certaines œuvres et la diffusion des informations.

 

               Chers élèves, professeurs, professionnels de musées. Notre milieu n’est pas épargné par le racisme systémique. Vous ne pouvez pas fermer les yeux, mieux, vous pouvez faire quelque chose.

               Élève en Master 2 d’égyptologie, je constate tous les jours de nouvelles horreurs à propos de ma discipline. Combien de fois ai-je lu que les anciens Égyptiens n’avaient pas pu construire eux-mêmes leurs pyramides car ils étaient trop « primitifs » pour une telle ingénierie ; combien de fois ai-je lu et entendu que l’Égypte moderne n’était pas capable de gérer son patrimoine et que l’Europe s’en chargeait mieux ; combien de fois a-t-on essayé de me camoufler que ma discipline avait pu voir le jour « grâce » à l’oppression des empires coloniaux européens sur l’Égypte ? Ce sont des informations erronées dont je découvre l’ampleur au fur et à mesure, parce que personne n’ose me l’enseigner vraiment ; or, j’en souffre, mon discours scientifique en souffre.

               Et quel discours scientifique, d’ailleurs, un élève de l’unique école d’Histoire de l’art en France peut-il construire lorsqu’il n’a que quatre cours pour traiter l’Histoire d’un continent entier, de la préhistoire à l’époque contemporaine, alors qu’il en dispose du double pour couvrir un siècle d’art européen ? Pourquoi l’Afrique et l’Océanie ne bénéficientils que de ces quatre cours chacun ? Ce type de différence de traitement doit nous interpeller. Je sais que j’ai beaucoup à apprendre et pourtant je peine trop à trouver les informations qu’il me manque.

 

« Musées, distribuez à la jeunesse des torches de savoir – nous brûlons pour la justice, la vérité et la paix. »

 

               Ainsi, je rejoins l’appel de la lettre ouverte « Cher musée… » : « Eduquez-moi sur le racisme ». Mais, surtout, éduquons-nous sur le racisme. Voici ce que propose la lettre ouverte :

               « Chers musées, dans un premier temps et un premier réflexe sur les réseaux sociaux […] vous pouvez également proposer à votre audience de contribuer eux-mêmes au dialogue à l’intérieur de vos collections. Postez « Chers abonnés, ensemble contre le racisme. Avez-vous des contenus antiracistes en rapport avec nos collections / nos expositions à partager ? Taguez-nous, nous serons ravis de les relayer sur notre compte et d’enrichir ce dialogue. » ».

 

               L’initiative est porteuse de sens et d’espoir, ainsi je vous invite à solliciter vous-mêmes les musées, à les encourager à vous apprendre et à diffuser leur contenu anti-raciste.

               Amoureux du patrimoine, spécialistes des traces historiques, marchons ensemble pour une histoire de l’humanité plus équilibrée et plus complète, en dehors des réappropriations politiques et économiques.

 

Lise Thiérion

 

Pour aller plus loin, ne pas hésitez à :

 

Sources :

Horoscope : quel déguisement méritez-vous vraiment ?

jeune-saint-jean-baptiste-belier-caravage-lig-L-zERAXS

Bélier : Archéologue en herbe, spé Identification linguale, votre fascination pour les tessons de poterie ne connaît pas de limite, surtout s’ils présentent un trait de peinture (chaleur). La saison des fouilles approchant, sortez votre plus belle chemise à petites manches, votre Bob et votre crème solaire (pensez à prendre une pioche pour éviter la confusion avec un touriste).

En groupe : Des tessons complémentaires pour faire une reconstitution de vase version Transformers.

 

 

 

grotte-de-lascaux-taureaux-01 Taureau : Trop fauché.e pour investir dans un costume ? Ça tombe bien, la saison de la pêche est en avance cette année : laissez s’épanouir votre thon naturel (mention spéciale pour les albacores). Petit tip : pour luire sous les projecteurs pensez à l’huile de tournesol.

En groupe : Préparez une bouillabaisse des familles.

 

 

 

GémeauxGémeaux : En manque de reconnaissance et de respect ? Déguisez-vous en patriarche/philosophe/Christ enseignant/Dumbledore, vous aurez l’illusion d’être écouté.e le temps d’une soirée.

En groupe : Trouvez un rapport bidon entre les saisons et les âges de la vie et ramenez toute votre smalah au gala (mémé comprise ofc) !

 

 

 

09ddd5f4a175010175d45de1b6cdc6f1


Cancer
: Fan de Bambi depuis votre plus tendre enfance, votre moment préféré est celui avec le chasseur, quand la maman dudit faon meurt. En treillis-polaire-gilet fluo, la saison de la chasse au mauvais goût est ouverte.

En groupe : Trouvez des acolytes avinés et des (faux) fusils, vous ferez mouche.

 

 

 

saint Jérôme


Lion
: Bordélique mais organisé (oui c’est possible), vous redoutez la période honnie du grand nettoyage de printemps. Concept selon vous peu pertinent, et les astres vous donnent raison, il vous a cependant permis de retrouver votre costume de soubrette. Merci qui ?

En groupe : Déguisez vous en grain de poussière, pour une interprétation philosophique ou un combat épique au plumeau.

 

 

 

ioa03

 

Vierge : Né.e en septembre, vous pensez que vous déguiser en allégorie de l’automne est une bonne idée. Pourquoi pas, mais pour vraiment vous démarquer soyez visionnaires : septembre = rentrée = petits camarades = poux. Déguisez-vous en poux. CQFD

En groupe : Déplacez-vous en colonie.

 

 

 

 

Pesée de l'âmeBalance : Pour vous la seule vraie saison c’est celle des amours. Entre documentaires Arte et dates foireux, n’oubliez pas de prévoir votre costume. Alors oui un paon, une mouche scorpion ou une épinoche pourquoi pas. Mais un chérubin façon Michelin en slip de bain, ça ça a de l’allure !

En groupe : Une parade inter-espèces en rut.

 

 

 

8d5ac36e423285c4011d972e98bbaa53

Scorpion : Depuis votre arrivée à Paris la seule saison que vous semblez avoir vécu est celle des pluies. Exploitez l’humidité ambiante pour votre meilleur look sortie de douche : serviette, peignoir, choucroute qui glisse, claquettes, charlottes … les possibilités sont infinies.

En groupe : Pour une ambiance fashion week assortissez vos tenues d’un poncho imperméable.

 

 

sagittairechartres


Sagittaire
: Toujours à côté de la plaque, vous peinez à suivre les conversations, quelque soit le sujet abordé. Peut-être est-ce dû à votre taux d’alcool jamais vraiment à 0. Vous vous déguiserez en bobine…

En groupe : Tant qu’à être largué.e.s, autant y aller franchement : incarnez tout le nécessaire à couture.

 

 

 

MAX
Capricorne
: Ambassadeur de la gastronomie à la française au bar du coin (vodka-cranberry tmtc), votre saison préférée est celles des vendanges. Exploitez votre alcoolisme en incarnant une bonne bouteille, une grappe de raisin ou un ivrogne (attention : risque que l’on vous demande si vous vous êtes déguisé.e en vous-même).

En groupe : Tout le monde sait qu’avec le vin viennent les planches : entourez-vous de vous charcuteries et fromages préférés.

 

 

 

2a376dce75d7692aaac46cd524eba105

Verseau : Vous avez la main verte, grand bien vous fasse (non on ne rage pas). Mettez ce talent inégalement réparti parmi la population à profit pour imposer votre style. Une déesse des fleurs certes, une serre portative pourquoi pas, un pissenlit éventuellement, mais surtout : Cetelem !

En groupe : Réunissez une team pour tondre votre pelouse (point bonus pour la version Magic Mike).

 

 

 

 

 

 

 

 

hiroshige-fishPoisson : Fan inconditionnel de Netflix, pour vous les seules saisons qui importent sont celles de Friends. Jamais plus heureux.se qu’en pyjama devant votre ordi à manger des céréales, partagez votre mode de vie : ramenez votre couette, votre oreiller et votre pilou-pilou et posez vous dans le hall. Netflix & Chill ?

En groupe : Les Télétubbies : 4 saisons, 365 épisodes, l’adéquation est parfaite.

 

 

*Selon l’alignement des planètes, les horaires des marées, le nombre de vagues à l’Estaque et le marc de mes trois cafés du dimanche matin (un plus large échantillonnage pour une plus grande précision, ce qu’on ne ferait pas pour la science !).

 

 

Inès Amrani

 

Pour chaque bonne étoile, de l’art :

  • CARAVAGE, Jeune Saint Jean-Baptiste au bélier, 1602, 129 cm, Rome, Musei Capitolini, Pinacoteca
  • Fresque de taureau, salle dite des Taureaux, Grotte de Lascaux, France
  • Castor et Pollux, groupe romain de -10 av. J.-C., marbre de Carrare, 1m61, Madrid, Musée du Prado
  • CLAESZ, Nature morte aux crabes, 1644, 63,5 cm, Beaux-Arts de Strasbourg
  • COLANTONIO, Saint Jérôme dans son étude, 1444-45, 151 cm, Musée national de Capodimonte
  • Vierge à l’Enfant de la Sainte-Chapelle, 1250-1260, ivoire, 41 cm, Musée du Louvre
  • Pesée de l’âme, chpitre 30B du papyrus d’Ani
  • Sceau cylindrique et impression avec scorpion et plantes, Uruk, 3500-2900 B.C., The Morgan Library
  • Vitrail aevc sagittaire, 1215, Notre-Dame de Chartres
  • ERNST, Capricorne, 1948, bronze, musée Max Ernst de Brühl
  • MUCHA, Tempérance, carte de Tarot
  • HIROSHIGE, Carpe nageant, 1830-1840, Californie

 

Hérald’ Hic! Le cannabis en héraldique ou un bon moyen de se détendre en déconfinement

Il y a bientôt deux ans de cela, en juin 2018, le district de Kanepi en Estonie, nouvellement créé par la fusion de trois autres districts, a adopté un blason … stupéfiant : « De sinople à une feuille de cannabis d’argent ». Confiné, dans l’attente des examens et cherchant désespérément à se détendre par toutes les substances psychotropes possibles (principalement la tisane de mémé, l’huile essentielle de lavande et le visionnage d’une foultitude de blasons), votre humble (et définitivement loufoque) serviteur est parti à la recherche du cannabis en héraldique.

 

Commençons par le blason précité : comment se fait-il qu’un district, qu’une entité administrative, ait pu prendre comme symbole un stupéfiant illégal en Estonie ? Tout simplement car le cannabis est un symbole héraldique tout à fait valable ici : en effet le nom de Kanepi vient du lituanien kanep signifiant … « cannabis ». C’est que cette plante ne se cultive pas seulement dans les placards des petits Jean-Kevin souhaitant se rouler deux ou trois joints pour s’amuser avec ses amis, et a en effet une longue histoire.

En effet, il s’agit d’une des premières plantes domestiquées par l’homme en Eurasie, il y a plus de 10 000 ans, autant comme psychotrope que pour réaliser des fibres textiles, du papier, des cordes, etc. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, avec l’essor des échanges maritimes, la culture du chanvre (autre nom du cannabis, désignant souvent des variétés contenant moins de tétrahydrocannabinol (THC) à l’origine de l’effet psychotrope du cannabis)  devient industriel. Le professeur Serge Allegret, dans Le Chanvre industriel – production et utilisation, coordonné par Pierre Boulloc en 2006, précise qu’à l’époque « Un navire de taille moyenne utilise 60 à 80 tonnes de chanvre sous forme de cordages et 6 à 8 tonnes sous forme de voile, par an. ». Si la France produit elle-même son chanvre, les Hollandais et les Britanniques sont équipés par les manufactures des Pays-Bas alimentées par du chanvre venant de Livonie (les actuels pays baltes, dont l’Estonie).

Kanepi (Estonie)

Blason de Kanepi

Et la petite ville de Kanepi participait à cette production en cultivant le cannabis, d’où son nom, connu dès 1582. Nous sommes donc ici face à des armes parlantes tout à fait valides et, bien que de nombreuses personnes en faveur de ce symbole l’aient sans doute choisi pour rire, parfaitement signifiantes.

D’ailleurs, les Estoniens ne sont pas les seuls à arborer l’insolente cannabacée (famille à laquelle appartient aussi le houblon1) sur leurs blasons de villes. Ainsi, bien que le symbole paraisse plutôt récent dans l’héraldique française, il est loin d’y être anodin ! En raison de la grande production de chanvre français, notamment encouragée par Colbert, nombres de communes portent un nom en lien avec le cannabis … et les armes parlantes assorties.

 

Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne)

Blason de Chennevières-sur-Marne

C’est notamment le cas de Chennevières-sur-Marne, dans le Val de Marne, sur le RER A. Cette ville, appelée Canaveriae dès 1163, porte un nom provenant du latin cannabria désignant une zone de culture du cannabis. Le blason de la commune, « De gueules au plant de chanvre d’argent fruité d’or mouvant de la pointe, au chef d’azur soutenu d’une divise ondée d’argent et chargé de deux clefs d’argent passées en sautoir accostées de deux fleurs de lis d’or », a ainsi été adopté en 1940.

 

 

 

Chennevières-lès-Louvres (Val-d'Oise)

Blason de Chennevières-lès-Louvres

Plus récemment et pour les mêmes raisons, la commune de Chennevières-lès-Louvres, dans le Val d’Oise, a adopté en 2007 un blason « D’or à la branche de chanvre feuillée de sinople, au chef tiercé en pal aux 1 et 3 d’azur à la fleur de lis d’or et au 2 de gueules au lion d’argent ».

De même, Echenevex dans l’Ain porte depuis 1992 des armes « De sinople à trois chènevis d’or, au chef cousu de gueules chargé d’une montagne d’or surmontée d’une lame de scie du même posée en fasce ». Le chènevis étant la graine du plant de cannabis.

 

 

Virlet (Puy-de-Dôme)

Blason de Virlet

Enfin, de nombreuses communes portent sur leurs armes (mais sans traces dans leur nom) ce passé agricole particulier. C’est le cas par exemple de Virlet, dans le Puy de Dôme, dont les armoiries sont « D’azur à la croix d’argent chargée en coeur de deux branches de chanvre de sinople posées en chevron renversé, cantonnée au 1 d’un lion d’or, au 2 d’une roue d’argent, au 3 de deux fasces ondées d’argent et au 4 d’une crosse d’or passée en sautoir avec une bêche d’argent emmanchée d’or le fer en bas et surmontées d’une couronne du même ».

 

 

Pour conclure, nous pourrions nous interroger sur la vision que nous portons à certains meubles héraldiques. La prise comme armoiries par Kanepi d’une feuille de cannabis a provoqué l’indignation de certains de ses habitants du fait de notre vision contemporaine de cette plante, due aux dégâts importants qu’elle cause en tant que psychotrope. Pour autant il s’agit d’un choix tout à fait pertinent d’un point de vue héraldique du fait de l’histoire de cette commune. Aussi, comme le dit si bien la devise de Chennevières-sur-Marne, cette ville est « Fidelis solu ut praeterito » (« fidèle à son sol et à son passé »).

Raphaël Vaubourdolle

1 D’où les nombreuses bières au cannabis brassées partout dans le monde dans les dernières années.