Mauvais Genre(s) – Garder espoir

© Simon André

TW : mention de sexisme, validisme, agressions homophobes. On parle plus longuement de LGBTphobies et de burn-out militant.

 

© Simon André

Nous sommes sans doute nombreux.ses à imaginer parfois un monde idéal, sans vraiment y croire. Un monde sans patriarcat, sans homophobie, sans sexisme, sans transphobie, sans validisme, sans racisme ; un monde sans discriminations en somme, où, appartenant à la communauté LGBT+ ou à n’importe quelle minorité, on pourrait vivre son identité (sa vie) sans crainte. Et les choses ont déjà, ces dernières décennies, beaucoup évolué en France. Pourquoi la société arrêterait-elle d’évoluer dans ce sens ? Les représentations se sont multipliées ces dernières années, les nouvelles générations (mais les anciennes aussi) ont un accès facilité à des informations, à des espaces d’échange safe. Il y a tout lieu de croire que, lentement mais sûrement, les Français (et l’humanité en général) vont évoluer vers plus d’ouverture d’esprit.

Évidemment, j’enfoncerais des portes ouvertes en précisant que tout n’est pas si simple. Au quotidien, dans notre présent, la peur, les agressions (avec par exemple, selon le Ministère de l’Intérieur, une hausse des agressions homophobes de 36% entre 2018 et 2019), les blagues aux dehors innocents, les insultes, sont inévitables. Nous avons peur pour nos proches. Il est parfois difficile, surtout en tant que militant.e, de regarder vers l’avant, de garder foi en nos valeurs et en l’utilité de nos luttes, devant ce paysage décourageant. Cela peut, notamment, mener à ce que l’on appelle le burn-out militant : une perte de sens, mais aussi des traumatismes liés aux violences subies lors d’activités militantes.

Ce pessimisme, s’il est dur à éviter et doit être considéré avec la plus grande bienveillance (car il est tout à fait légitime), peut être un frein à notre volonté d’évolution des mentalités. Qui n’a jamais entendu, dans et hors de la communauté LGBT+, des choses comme « tu ne changeras pas le monde », « les gens ne sont pas prêts », « ils sont idiot.e.s et ça ne changera pas » ? Autant de phrases qui découragent de poursuivre une lutte pour un meilleur avenir.

© Simon André

Mais en trouvant le juste équilibre entre un monde rêvé et un pessimisme résigné, on peut parvenir, aujourd’hui, à fonder un espoir en demain. Les nouvelles générations sont notoirement bien plus ouvertes que nos aîné.e.s, ce qui laisse présager d’une poursuite de cette évolution des mentalités dont je parlais aussi plus haut. La représentation des minorités et l’éducation, si elles ne sont pas toujours aisées à mettre en place ou désirées par celleux qui en auraient le pouvoir, ont de véritables impacts, sur toutes les tranches d’âge, en contribuant à normaliser ce qui est pointé du doigt par ignorance.

Dans la culture et en histoire de l’art plus précisément (car c’est pour ça que nous sommes là n’est-ce pas ?), nous sommes nombreux.ses à fonder des espoirs dans la nouvelle génération de chercheurs (dont nous, élèves de l’école du Louvre, faisons partie). La France a du retard à rattraper dans les domaines des queer et gender studies, mais nous pouvons aujourd’hui poursuivre les débuts de ces travaux, pour élargir la voie pour les générations suivantes, en nous réappropriant notre passé et nos représentations et en les réinsérant dans une histoire de l’art qui fait trop souvent abstraction des minorités. Laissez la parole aux concerné.e.s et diffusez la leur, apprenez de ces visions différentes pour enrichir la vôtre.

Il est temps d’envisager un futur, notamment culturel, moins élitiste, moins blanc, moins cishétérocentré, et d’inscrire durablement l’histoire des minorités dans le patrimoine culturel que nous désirons tous explorer.

 

Chloé Vuillermet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *