J- 9 GALA : Licornes, pandas, dahuts, mammouths et autres olgoï-khorkhoïs

Normalement là vous vous posez une question simple : mais c’est quoi ce titre, il a bu ou quoi ? Alors déjà oui, bien sûr ! Et ensuite vous allez voir que tout ceci est parfaitement LOGIQUE -Billy il m’a dit que oui donc c’est vrai ! Et puis vous êtes des méchants d’abord, voilà !

 

À vrai dire, dans cet article on va parler de cryptozoologie, c’est-à-dire l’étude des animaux dont on pense qu’ils n’existent pas mais que peut-être qu’en fait qu’ils existent… FARPAITEMENT ! Pour vous expliquer cela : il s’agit d’une pseudo-science qui vise à réunir (pour ses membres sérieux) les témoignages de populations indigènes ou d’explorateurs portant sur de grands animaux (plus gros qu’une poule d’eau… pourquoi pas…) non-reconnus par la zoologie actuelle. Donc en soi, il s’agit d’une véritable démarche scientifique, seulement on ne connaît ces animaux que par les témoignages humains. En fait, la cryptozoologie se base sur une négation du dogme de l’omniscience, commun en science, qui consiste à penser (souvent inconsciemment) que tout ce qui n’a pas été découvert par la science n’existe pas, ce qui se trouve être, bien entendu faux. Pour preuve de cette dernière affirmation : au début du XXe siècle, les physiciens annonçaient que la physique n’avait plus rien à découvrir, puis Einstein (entre autres) est arrivé… –sheh ! Cela est d’autant plus compréhensible en zoologie que l’homme n’a pas encore exploré toute la planète et que de nombreux sites restent encore quasi voire totalement vierges de présence humaine. En ce cas, comment affirmer que l’on a connaissance de tous les grands animaux qui peuplent notre planète ? Pour ce qui est de la question des sources, la plupart des espèces étaient connues des indigènes, parfois en tant que simples légendes, avant notre science occidentale, alors pourquoi leurs témoignages ne devraient-ils pas être pris au sérieux ?

 

On retrouve assez peu de représentations de cryptides dans l’art. Bien sûr on connaît les différents protomes, statues et dessins de griffons apotropaïques antiques. Les bestiaires de la fin de l’Antiquité et du Moyen-Âge comme le Physiologos (et ses dragons, phénix, cynocéphales, sirènes ou autres licornes) sont aussi autant de supports aux représentations en enluminures de ces animaux. Les licornes pasted image 4.pngjustement ! Il s’agit sans doute du cryptide le plus mainstream ever, alors je vous le dis tout de suite les amis, il n’existe aucun cheval à corne pétant des arcs-en-ciel dans notre dimension. Même les cryptozoologues n’y croient pas, c’est dire ! Pour autant, on la considérait au Moyen-Âge comme aussi réelle que les biches et les chamois, au même titre que les cryptides précédemment cités d’ailleurs. Rapidement devenu un symbole chrétien de pureté voire de l’Annonciation –même si on ne m’enlèvera pas de l’esprit qu’il s’agit d’abord d’un symbole pénien très apprécié de tous les bons cryptozoophiles (si si, ça existe)–, on la retrouve dans quelques œuvres monumentales telles que la tapisserie de la Dame à la Licorne. Enfin, on pourrait aborder le sujet épineux du dahut, un cryptide purement français –cocorico ! Moi ? Chaunnameduvin ? Noooon !–, et plus précisément alpin, dont on retrouve des exemples jusque dans les plus grandes œuvres néoclassiques comme le Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard de Jacques-Louis David –juré sans trucage ! Il s’agit en fait d’une sorte de chamois à tête et oreilles de Saint-bernard et à queue de vache –calme-toi Pasiphaé ! J’ai dit de vache !– qui a pour particularité d’avoir les pattes plus courtes d’un côté que de l’autre et ne peut donc tourner autour des montagnes que dans un sens. Mouais, nos cryptides manquent quand même un peu de classe…

 

Mais plus sérieusement, plus on se rapproche de la véritable cryptozoologie, plus on ne peut qu’en admirer le manque de représentations dans l’art classique. En effet, la plupart des cryptides sont moins sexys que les centaures ou les sirènes –bien que la queue de poisson me bloque un peu, mais je m’égare…– et sont donc moins connus et peints. Outre en effet les hominidés type yéti (qui pourrait d’ailleurs très pasted image 3.pngbien être un ours), sasquatch ou homme sauvage d’Asie, qui soulèvent un grand intérêt du fait de leur apparente proximité avec notre espèce, la plupart des sujets d’étude des cryptozoologues sont aussi palpitants que des félins aquatiques, de très gros serpents, des poissons aux formes bizarres ou des éléphants américains : en bref, des animaux existants mais (plus ou moins) légèrement différents. Prenez comme exemple la baleine sans nageoire dorsale de l’Atlantique Nord, l’ahool (une chauve-souris javanaise de 3,80 mètres d’envergure) ou encore l’adjule (ou loup du Sahara)… pas tout à fait des blockbusters cryptozoologiques. Ainsi, à part les spécialistes et les grands curieux, ils ne fascinent pas grand monde et leur intérêt artistique reste donc très faible.

 

Pour autant, il en existe des plus excitants que d’autres. Par exemple la cryptozoologie couvre aussi tous les animaux apparemment disparus qui auraient eu l’audace de survivre à la main vengeresse de l’homme : mégalodons, thylacines, félins à dents de sabre divers, pachydermes et singes préhistoriques, etc. Le cas du mammouth paraît assez sympathique, car ce gentil pachyderme laineux ne serait ainsi pas, d’après les cryptozoologues, tout à fait éteint et vivrait encore dans les taïgas sibériennes. À l’appui ? De nombreux témoignages. Le plus ancien, faisant mention d’un éléphant velu aperçu au-delà de l’Oural par des Cosaques, daterait de 1580, soit avant la découverte du mammouth par les scientifiques occidentaux en 1799. De nombreux autres témoignages ont ensuite fusé tout au long du XXe siècle. Impossible vous dites-vous ? Mais souvenez-vous que la Sibérie représente un territoire immense et très peu peuplé, dans les forêts duquel un pachyderme plus petit qu’un éléphant d’Asie pourrait très bien se cacher. Donc pourquoi pas ?

 

Il existe aussi des cryptides bien pétés et ridicules… comme l’olgoï-khorkhoï du désert de Gobi ! Bon, outre le fait qu’il ait un nom aussi rocambolesque que la naissance de Ganesh –blague d’edlien !– il s’agirait surtout de la créature la plus… minable de toute la création. En fait, il s’agit d’un ver rouge sombre de 60 à 90 pasted image 1.pngcentimètres de long pour vingt de diamètre ressemblant à un intestin de vache, sans yeux ni tête, se tortillant sur le sol. Cet animal n’aurait aucune chance de survivre s’il n’était pas apparemment doté d’une capacité de tuerie assez phénoménale, qui le hisserait au rang des pires saloperies de notre belle Terre derrière Adolf Hitler et ces emmerdeurs de chats. Ainsi, il pourrait tuer un homme, un chameau ou un troupeau d’animaux par simple contact voire à distance, peut-être grâce à des décharges électriques. On cherche donc un Pikachu mongol rouge sang de la forme d’un très gros boudin… Impeccable !

 

Pour finir, j’aimerais vous conter l’histoire du grand panda de Chine (Ailuropoda melanoleuca taxonomistorgasm ? Taxonomistorgasm !) qui, si vous vous imaginez qu’elle n’a rien à voir avec le sujet, pourrait très bien vous faire réfléchir très fortement sur la question de la cryptozoologie. En 1868, le père Armand David, lazariste basque de son état, s’en va en mission pour la deuxième fois en Chine avec un but d’évangélisation, mais aussi de prospection du vivant pour le Museum d’Histoire Naturelle de Paris. Il décrira ainsi de nombreuses espèces de plantes et d’animaux. En 1869, il découvre dans les piémonts de l’Himalaya une peau blanche et noire et demande à ce qu’on lui ramène l’animal à qui elle appartient. On ne peut lui apporter qu’un jeune panda mort et il fait son rapport au Museum d’Histoire Naturelle mentionnant une nouvelle espèce d’ours asiatique. Les expéditions occidentales s’enchaînent ensuite, telles que celle d’Ernest Henry Wilson en 1908, ou celle de John Weston Brooke, qui en aurait tué un la même année, ou encore celle de  James Huston Edgar, qui en aurait vu un en 1916, etc. En soit, à ce stade, le grand panda est très proche du statut de cryptide, et on ne parvient à en capturer un qu’en 1929, avec l’expédition de Theodore Jr et Kermit Roosevelt, fils du président Roosevelt, de Jack Young, de Herbet Stevens, de Philip Tao et de Suydam Cutting. En bref, un animal de la taille d’un ours a échappé pendant 60 ans à toute une tripotée de scientifiques et de chasseurs aguerris, qui savaient pertinemment où il vivait et étaient assurés de son existence. Au regard de cette histoire, comment ne pas se demander le nombre d’animaux qui nous passent entre les doigts si nous ne faisons que croire qu’ils existent ?

 

Raphaël Vaubourdolle

pasted image 0.png

Raphaël Vaubourdolle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *