MODE : Chronique d’une sortie en forêt en 2008 – retour sur nos plus beaux looks de promeneurs

Début mars 2008. Les jours rallongent, les nuages parsèment le ciel bleu et enfin vos parents vous autorisent de nouveau à faire une balade en forêt. De septembre à février, vous avez été un petit lion en cage dans votre jardin par peur qu’on vous prenne pour une biche. Les chasseurs n’ont apparemment pas les yeux en face des trous, c’est ce qu’on vous a dit. Qu’importe, ENFIN, vous voilà de retour dans votre salle de jeu préférée ! Mais pour cette escapade encadrée, on vous a fait revêtir le top du top du vêtement de sport, de la tenue de baroudeur, laissez-moi vous remémorer cela…

Tout d’abord, papa et maman tiennent à ce que vous n’ayez jamais froid. Le maillot de corps associé à deux t-shirts, un gilet, une polaire et un k-way me semblait amplement suffisant mais il fallait toutefois y ajouter une écharpe, un gros bonnet et des gants. J’aurais dû laisser ces accessoires superflus dans les arbres pour faire un cadeau aux écureuils mais mes parents n’auraient pas été de cet avis. Enquiquinantes toutes ces couches lorsqu’on a six ans. 

Mode forêt

Marlon Brando dans Un Tramway nommé Désir. Crédit : Croshay Design via Flickr, licence CC BY 2.0

 

Mais le saviez-vous ? Le t-shirt a longtemps été un sous-vêtement, au même titre que le marcel qui tient son nom de Marcel Eisenberg, propriétaire d’une bonneterie et qui commercialisa et industrialisa la production de cette forme de sous-vêtement près du corps sans manche. Ce n’est qu’à partir des années 50 que le t-shirt et le débardeur deviennent visibles. De nombreux films les démocratisent comme Un tramway nommé Désir (1951) dans lequel Marlon Brando porte uniquement un t-shirt très moulant mettant en valeur ses muscles d’ouvrier. Mais passons, nous n’étions pas encore intéressés par tout cela à l’époque de notre balade forestière.

Continuer la lecture

Eva Jospin, sculptrice de paysages sylvestres

Eva Jospin Panorama

Eva Jospin, Panorama, Cour Carrée du Louvre, 2016. Crédit : Fred Romero via Flickr, licence CC BY 2.0

Ce mois-ci, la forêt cartonne ! C’est le cas de le dire car l’artiste dont nous parlons aujourd’hui, en ce mois de mars, travaille cette matière cannelée faite à base de papier. Le CARTON.

Ayant une vingtaine d’années de création derrière elle, Eva Jospin est une femme artiste sortie diplômée des Beaux-Arts de Paris. Elle crée très tôt ces paysages sylvestres, creusés et orfévrés. Ces forêts faites de carton, matière brute transformée par un travail délicat et patient, envahissent les cartes blanches et invitations, de la Cour Carrée du Louvre à Giverny. Ces mondes universels offerts au regard sont le résultat d’un long jeu de découpage et d’assemblage en amont. Continuer la lecture

Arbres-chapelles et saints dendrites : quand patrimoine et écologie se rencontrent

Allouville-Bellefosse

Mémoires de la Société linnéenne de Paris.
https://biodiversitylibrary.org/page/4119449

Ecologie et patrimoine sont-ils conciliables ? C’était un des enjeux soulevés par les aspersions de purée et de soupe, qui sont venues troubler fin 2022 le petit monde polissé des musées. Mais si je vous dis que certains joyaux écologiques sont également d’intéressants témoignages patrimoniaux, subitement, le questionnement se retourne ! Faisons une petite étude de cas, à la découverte des… arbres-chapelles.

Une première étude de cas… à Allouville-Bellefosse

Allouville-Bellefosse

Crédit : Patrick via Flickr, licence CC BY-SA 2.0

Un arbre ne peut pas abriter, a priori, une architecture. C’est sans compter sur leur vieillissement, et sur l’inventivité de ceux qui les côtoient. Pour vivre, un arbre a besoin que la sève circule sous son écorce, mais pas nécessairement en son cœur. Il arrive donc que certains spécimens, cumulant plusieurs centaines d’années au compteur, s’évident spontanément en leur centre. C’est le cas, par exemple, du chêne planté sur la place de l’église d’un petit village normand : Allouville-Bellefosse ! Daté de l’époque de Charlemagne, ou de la signature du traité de Saint-Clair-sur-Epte (911), l’arbre se creuse tant et si bien qu’en 1696, l’abbé Détroit y fait aménager une chapelle dédiée à Notre-Dame de la Paix. Passé l’étroite fente, le visiteur se trouve dans une véritable pièce, aujourd’hui appareillée d’un petit autel et d’une statue de la Vierge, dont l’originale avait été offerte par l’impératrice Eugénie. La chapelle d’Allouville-Bellefosse serait-elle assez grande pour accueillir des crinolines ?

Continuer la lecture