Micro art : des œuvres minuscules hors-normes

Une micro-sculpture de Willard Wigan. Crédits : toybot studios via Flickr, Licence CC 2.0

Minuscule”, emprunté au latin minusculus, signifie “un peu plus petit”  (par opposition à “majuscule”). Ce terme qualifie alors quelque chose de petite taille, aux dimensions restreintes. Dans l’art, il est aisé de rapprocher ce terme de la tradition médiévale de la miniature, une image peinte avec minutie participant à l’enluminure d’un manuscrit. Au XVIIème siècle, le terme “miniature” renvoie également à l’art de reproduire, sur une petite surface, le portrait d’une personne et pouvait orner des objets personnels. Dans la perspective des arts du “minuscule”, on voit se développer, à la fin du XXème siècle, un art microscopique dit “micro art” : une forme d’art où les peintures et les sculptures sont créées à une échelle beaucoup plus petite que la norme habituelle. Les œuvres du micro art sont réalisées à l’aide de microscopes ou d’outils de chirurgie oculaire. Cette pratique minutieuse exige de déployer un effort démesuré pour parvenir à créer des œuvres tenant dans le chas d’une aiguille. Cette production repose sur une grande discipline du corps, de l’esprit – les artistes aspirant à des défis monumentaux de performance.

 

Production actuelle : des grands noms du micro art en Angleterre 

 

Willard Wigan. Crédit : Wikimedia Commons, licence CC 2.0

Graham Short, né  en 1946, est  aujourd’hui considéré comme l’un des micro-artistes les plus talentueux au monde. Dans sa jeunesse, il travaille dans l’imprimerie et apprend la gravure sur cuivre. Puis il se consacre à la pratique artistique : il est notamment parvenu à graver « Nothing is Impossible » sur le tranchant d’une lame de rasoir traditionnelle. Il écrit à ce sujet : “ I just wanted to prove to myself it could be done and that although I considered it to be impossible, it wasn’t” (https://www.graham-short.com/)

Un autre artiste britannique peut être cité : Willard Wigan, né en 1957, réalise quant à lui des sculptures micro-miniatures. Pour donner un ordre de grandeur, une sculpture de Wigan peut mesurer moins de 0,005 mm. En 2007, l’artiste a d’ailleurs été  reconnu par le Guinness World Records pour avoir créé la plus petite sculpture du monde (elle mesurait approximativement la taille d’un globule humain).

 

“Je voulais montrer au monde que les choses les plus petites peuvent avoir le plus grand impact”, Willard Wigan 

 

Inspiré par Willard Wigan, qu’il découvre via un programme télévisé, l’artiste David A. Lindon, né en 1977, travaille principalement la question de la reproduction en micro-formats. Il réduit notamment à une échelle microscopique le Cri de Munch, la Jeune Fille à la perle de Vermeer, la Fille au ballon de Banksy, La Nuit étoilée et les Tournesols de Van Gogh. Une pratique exigeante dont témoigne l’artiste : “Je dois ralentir ma respiration (pour stabiliser mes mains) et maintenir mon rythme cardiaque aussi bas que possible. Un simple battement de mon pouls peut anéantir des mois de travail.” Ces œuvres, dont le coût s’élève aujourd’hui à plus de 10 000 dollars, ont récemment été exposées au Lighthouse Media Centre (“A New Beginning”, Wolverhampton, 2021). Pour apercevoir les œuvres, des microscopes sont mis à la disposition du public. Le spectateur investit alors une position active, allant lui-même à la rencontre ou plutôt à la recherche de l’œuvre. Le micro art joue ainsi sur l’appréhension rétinienne : ici, l’œuvre, dont la vocation est d’être vue, n’est pas visible au premier abord.

 

Exposition des sculptures de Willard Wigan, à Debenhams, en 2008. Crédits : Pete Ashton via Flickr, licence CC 2.0

 

Ainsi, le micro art se démarque du paysage contemporain actuel, très marqué par la question du gigantisme (cf. sculptures et installations surdimensionnées, Monumenta Grand Palais ou encore Turbine Hall de la Tate Modern). Ou comme c’était déjà le cas avec le land art au siècle précédent – où les paysages deviennent les supports même de la création. Le micro art apparaît donc comme une pratique singulière, aux antipodes d’un art hors les murs ou grandeur nature. Cet art remarquable et pourtant invisible à l’œil nu invite alors à reconsidérer notre place dans l’espace et notre rapport à l’altérité. « Une œuvre d’art devrait toujours nous apprendre que nous n’avions pas vu ce que nous voyons » (Paul Valéry).

 

Louise Gaumé

Sources :
https://www.bbc.com/news/uk-england-dorset-58802201
https://www.slate.fr/story/157339/art-contemporain-koons-gigantisme
Iglika Christova, “Sous microscope, l’œuvre se dévoile”, Arts Hebdos Medias, publié le 14 mai 2018

A la découverte d’Arrietty : Le Petit Monde des Chapardeurs

En ce mois de décembre où les journées sont courtes et de plus en plus froides, rien de mieux que de rester sous la couette devant… un film ? Pour ce thème « Minuscule », l’occasion est parfaite pour mettre en avant nos personnages miniatures préférés, car être petit n’empêche pas d’accomplir de grandes choses ou bien de figurer parmi nos héros favoris. Si on se tourne vers l’Antiquité, la victoire de David sur Goliath l’illustre parfaitement ou même encore bon nombre de fables de La Fontaine telle que le Lion et le Rat. C’est notamment la fantasy qui a permis aux êtres de petite taille, qu’on intègre bien souvent sous la mention de « petit peuple », d’imprégner nos références littéraires et cinématographiques. Parmi les très nombreux films avec des héros minuscules, j’ai choisi aujourd’hui de vous parler d’un long métrage d’animation qui m’a particulièrement plu étant enfant et que je souhaite vous faire découvrir dans ce numéro : Arrietty : Le Petit Monde des Chapardeurs. Ce film n’est autre qu’une des nombreuses adaptations de la série de romans de l’autrice britannique Mary Norton, The Borrowers

Sorti en juillet 2010 au Japon et en janvier 2011 en France, Arrietty : Le Petit Monde des Chapardeurs se base sur un scénario écrit par l’iconique Hayao Miyazaki bien qu’une toute autre figure se soit occupée de sa réalisation : Hiromasa Yonebayashi. Né en 1973, Yonebayashi rejoint le Studio Ghibli en tant qu’intervalliste puis animateur sur de nombreux films emblématiques comme Le voyage de Chihiro, avant de devenir réalisateur en vue de lancer la nouvelle génération de réalisateurs du studio. Arrietty est donc son premier film. Malgré les difficultés de production et le retard conséquent dans la réalisation des plans, le film reste un succès récoltant un bon nombre de critiques positives et 145 millions de dollars au box-office.

Bien que je ne puisse que vous conseiller de regarder ce film, un petit résumé s’impose afin de vous remémorer quelques souvenirs ou bien de susciter suffisamment votre curiosité pour que vous ne puissiez plus attendre ! Arrietty est une jeune chapardeuse de 14 ans vivant avec ses parents, Poddo et Homily, dans une vieille maison de campagne à Koganei, dans la banlieue de Tokyo. Qu’est-ce qu’un chapardeur ? Rien d’autre qu’un petit être humanoïde d’une dizaine de centimètres qui habite dans les maisons des humains en « empruntant » le strict nécessaire pour survivre, tout en veillant à ne jamais entrer en contact avec les humains ou se faire repérer. Cela n’est pas sans compter sur l’arrivée de Shô, un jeune adolescent qui doit se reposer à la campagne chez sa grand-mère suite à des soucis de santé, qui découvre l’existence d’Arrietty, mettant en péril l’équilibre fragile de la vie des Chapardeurs. De là va naître une magnifique histoire d’amitié et d’amour entre ces deux individus, mais je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas tout vous dévoiler !

Dans ce film d’animation, vous allez retrouver toutes les caractéristiques des films Ghibli : de la poésie, une nature verdoyante et une musique enivrante. D’ailleurs sur ce dernier point : cocorico ! La musique est composée par la chanteuse et musicienne bretonne Cécile Corbel, spécialiste de harpe celtique. Voilà une transition parfaite pour évoquer quelques références culturelles, d’abord occidentales mais aussi japonaises que l’on retrouve dans ce film.

Tout d’abord la figure même du chapardeur peut se rapprocher de l’univers du « petit peuple » déjà mentionné plus haut, composé de farfadets, de gnomes, de fées, de lutins… Ils forment d’ailleurs le fondement même de la fantasy et ne cesseront d’évoluer. Cependant, le chapardeur semble être un petit être à part entière et totalement inventé par Mary Norton : il a une allure humaine mais sans pouvoir magique particulier. Le lutin étant lié au foyer, il est certainement la créature la plus proche du chapardeur. Associé à la musique de Cécile Corbel, le monde développé dans Arrietty s’inscrit totalement dans les influences celtiques, d’ailleurs Yonebayashi a dit : « La fantasy est basée sur la culture celtique ».

 

Les « esprits du foyer » ont aussi une place prépondérante dans la culture japonaise avec les yokai ou encore les koropokkuru, des êtres de la mythologie aïnou, un peuple autochtone du nord du Japon, de croyance animiste où chaque élément de la nature a un kamuy, une sorte d’esprit. Ainsi on peut voir Arrietty comme une sorte de zashiki-warashi, un esprit du foyer symbolisant la pureté et la bonne fortune ou encore Spiller, un autre chapardeur du film, comme un kodama, un yokai vivant dans la forêt. Ces utilisations du folklore japonais ne sont pas évidentes ici mais tout de même possible car récurrentes dans l’œuvre de Miyazaki.

 

Pour conclure, ce film s’inscrit dans la ligne éditoriale des films Ghibli qui nous invitent à nous questionner sur la société dans laquelle on vit et sur ses diverses problématiques. Ici, l’univers anglais des livres est transposé dans une ville japonaise dans les années 2000, soit une époque contemporaine aux spectateurs au moment de sa sortie, dans le contexte de la crise de 2008. Miyazaki et Yonebayashi nous invitent à réfléchir ainsi : « L’ère de la consommation de masse approche de sa fin. Nous sommes dans une très mauvaise situation économique et l’idée d’emprunter plutôt que d’acheter illustre parfaitement la direction générale que prennent les choses. » Je vous laisse sur cette réflexion !

 

Raphaëlle Billerot–Mauduit

 

Sources :

TARDY, Jean-Mickaël, TURCOT, Laurent : L’Histoire nous le dira n° 233 : Arrietty : le monde secret, novembre 2022. URL : https://www.youtube.com/watch?v=5BcFAWYQYcI 

France culture, Hayao Miyazaki, génie de l’animation, 2020. URL : https://www.radiofrance.fr/franceculture/hayao-miyazaki-genie-de-l-animation-8044058 

Hommage au Studio Ghibli, les artisans du rêve. Editions Ynnis. 2022, 154p.