Le Billet Neuchâtelois – Napoléon, sauveur de la Suisse ?

          Alors qu’en janvier vous découvriez sans doute les fabuleux destins de Neuchâtel, peut-être avez-vous été surpris de découvrir la figure du prince-maréchal Alexandre Berthier. Alors que nous fêtons cette année en France le bicentenaire de la mort de Napoléon, traversons la frontière suisse pour retracer les pas de notre grand général (heureusement, l’Histoire ne demande pas un test PCR négatif pour remonter le temps !) En effet, Bonaparte est loin d’avoir marqué seulement la France par son pouvoir et le reste de l’Europe par ses guerres. Venu plusieurs fois dans cette nation, il semble avoir une relation particulière et complexe avec les Suisses. Charles Borgeaud, historien, souligne dans son Histoire de l’Université de Genève ce « je t’aime, moi non plus » en ces termes : «Le soldat de la République, le général en chef de l’armée d’Italie, rend hommage à la patrie de Rousseau, le premier consul lui témoigne son estime et veut connaître ses savants, le consul à vie l’honore tout en y discernant un foyer «d’idéologie», l’empereur couronné par le pape la tolère, l’empereur malheureux la déteste.» Alors, histoire passionnée ou tumultueuse entre la France et la Suisse ? Ce qui est certain : les actions de Napoléon ont durablement marqué l’Histoire de l’Helvétie. Il suffit de se rendre au Musée national suisse, à Zurich, pour le découvrir.

Entrée du parcours XVIIIème siècle au Musée national suisse de Zurich – Photographie personnelle

Dans le parcours historique de la Suisse présenté au rez-de-chaussée du musée, la scénographie montre l’année 1789 comme une faille rougeoyante, à la fois brutale et fascinante. Rupture proleptique d’une aube ou d’un crépuscule ? La révolution française a en effet un écho retentissant qui dépasse nos propres frontières. Certains Suisses rêvent d’une République aussi idéale que celle qu’ils imaginent de l’autre côté des Alpes. Hors souci – et sans doute l’aurez-vous compris, chers lecteurs français lors des précédents billets neuchâtelois – la Suisse n’est pas une et indivisible. Elle a toujours été constituée d’une multitude de régions au caractère fort et souverain, que mêmes les successives occupations étrangères n’ont jamais réellement réussi à masquer. En 1789, chacun, dans son village est divisé. Certains souhaitent une fin de l’aristocratie et des baillages quand les autres demeurent fidèles à cette tradition. UNE Suisse ? Pourquoi ne pas garder ses différences régionales ? Et puis, les révolutionnaires n’avaient-ils pas massacré des Suisses de bonne famille aux Tuileries le 10 Août 1792 ? L’affaire n’est pas simple mais certains cantons comme le pays de Vaud, le Jura bernois et le Bas-Valais commencent quand même à croire au rêve républicain. De premières tensions apparaissent jusqu’à irrémédiablement s’intensifier.

 

Blason du canton de Vaud

Le Vaudois Frédéric-César de la Harpe et le Bâlois Pierre Ochs, fervents admirateurs des événements français essaient alors de convaincre le Directoire et le jeune général de les aider à concrétiser le projet. En 1798, le pays de Vaud se révolte pacifiquement contre la domination de Berne. Bonaparte saisit l’opportunité au vol : en aidant les Vaudois, il pourrait s’assurer un meilleur passage vers l’Italie. Il nomme alors le général Brune à la tête de l’Armée d’Helvétie. Fribourg est conquise mais non pillée. Vient le tour de Berne dont la prise des richesses permet de financer la future Campagne d’Égypte. La stabilité politique de la Suisse étant en péril, au nom de la « liberté », il est décidé de soumettre toute la Confédération des XIII cantons pour y rétablir l’ordre et la paix. C’est cette même liberté que les Vaudois choisissent d’ailleurs comme devise apposée sur leur nouveau blason.

 

François BOUCHOT, La bataille de Zurich le 25 septembre 1799, 1837, huile sur toile, 4m65 X 5m43 cm, Versaille, Musée national du Château de Versailles

Le 28 mars 1798, une assemblée nationale est convoquée. Une constitution, sur le modèle français, est rédigée : le Helvetisches Büchlein. Le 12 mars, Pierre Ochs monte au balcon de l’hôtel de ville d’Aarau et proclame la République helvétique, dont le statut est celui de « république sœur de la République française ». Les fondements de la Suisse moderne sont posés. Ses couleurs vert, rouge et or ornent désormais les cocardes des citoyens. Tous les cantons sont reconnus d’importance égale et en 1799, une monnaie valable pour la première fois sur tout le territoire est frappée : le franc. La République helvétique noue alors de liens forts avec la France. Quelques réfractaires s’allient pourtant avec les ennemis de la France, ne supportant pas l’autorité officieuse et masquée du Directoire. Conscient que la situation s’envenime alors que la Suisse est une position stratégique et une nation à fort potentiel, le premier consul n’hésite alors pas à la défendre. Cela donne notamment lieu à deux grandes batailles à Zurich, une première défaite face aux Autrichiens mais une grande victoire la seconde fois contre les Russes.

 

Monnaie unique, 4 francs, 1799, argent frappé, Zurich, Musée national Suisse - Photo personnelle

Monnaie unique, 4 francs, 1799, argent  frappé, Zurich, Musée national Suisse – Photo personnelle

          Plus divisés que jamais, la fracture entre Suisses pro-français (principalement Suisse romande et italienne) et Suisses anti-français (principalement Suisse alémanique) est véritablement entamée. Napoléon, guère dupe, comprend que le fédéralisme helvète est la seule solution pour apaiser la situation. Si la liberté est importante, elle n’est qu’illusoire et seule une égalité assurée entre des cantons souverains dans une même nation amie de la France permettrait à Bonaparte de garder les Suisses comme alliés. Alors que la totale guerre civile est presque entamée, Napoléon se propose en médiateur… neutre ! En rédigeant habilement l’Acte de Médiation, Bonaparte reconnaît la nécessité d’une intervention française mais uniquement pour réconcilier les Suisses qui devraient garder leur indépendance pour ne plus retomber dans des luttes intestines. Le 30 septembre 1802, il écrit ainsi depuis Saint-Cloud :

Caricature montrant Napoléon Bonaparte équilibrant sur une balance un aristocrate fédéraliste et un républicain unitaire, en arrière-plan Milan est à portée de vue du premier consul qui souhaite garder le Valais comme porte d’entrée vers l’Italie, 1803 – domaine public

 

« Habitants de l’Helvétie, vous offrez depuis deux ans un spectacle affligeant. Des factions opposées se sont successivement emparées du pouvoir ; elles ont signalé leur empire passager par un système de partialité qui accusait leur faiblesse et leur inhabileté.Dans le courant de l’an X, votre gouvernement a désiré que l’on retirât le petit nombre de troupes françaises qui étaient en Helvétie. Le gouvernement français a saisi volontiers cette occasion d’honorer votre indépendance. Mais, bientôt après, vos différents partis se sont agités avec une nouvelle fureur ; le sang suisse a coulé par des mains suisses.

 

Vous vous êtes disputés, trois ans, sans vous entendre. Si l’on vous abandonne plus longtemps à vous-mêmes, vous vous tuerez, trois ans, sans vous entendre davantage. Votre histoire prouve d’ailleurs que vos guerres intestines n’ont jamais pu se terminer que par l’intervention efficace de la France.

 

Il est vrai que j’avais pris le parti de ne me mêler en rien de vos affaires. J’avais vu constamment vos différents gouvernements me demander des conseils et ne pas les suivre, et quelquefois abuser de mon nom, selon leurs intérêts et leurs passions.

 

Mais je ne puis ni ne dois rester insensible au malheur auquel vous êtes en proie ; je reviens sur ma résolution ; je serai le médiateur de vos différents ; mais ma médiation sera efficace, telle qu’il convient aux grands peuples au nom desquels je parle.

 

Tous les citoyens qui, depuis trois ans, ont été landammans, sénateurs, et ont successivement occupés des places dans l’autorité centrale, pourront se rendre à Paris, pour faire connaître les moyens de ramener l’union et la tranquillité et de concilier tous les partis.

 

Habitants de l’Helvétie, revivez l’espérance ! ! !

 

Votre patrie est sur le bord du précipice ; elle en sera immédiatement tirée ; tous les hommes de bien seconderont ce généreux projet.

 

Mais si, ce que je ne puis penser, il était parmi vous un grand nombres d’individus qui eussent assez peu de vertu pour ne pas sacrifier leurs passions et leurs préjugés à l’amour de la patrie, peuples de l’Helvétie, vous seriez bien dégénérés de vos pères ! ! !

 

Il n’est aucun homme sensé qui ne voie que la médiation dont je me charge est pour l’Helvétie un bienfait de cette Providence qui, au milieu de tant de bouleversements et de chocs, a toujours veillé à l’existence et à l’indépendance de votre nation, et que cette médiation est le seul moyen qui vous reste pour sauver l’une et l’autre.

 

Car il est temps enfin que vous songiez que, si le patriotisme et l’union de vos ancêtres fondèrent la République, le mauvais esprit de vos factions, s’il continue, la perdra infailliblement ; et il serait pénible de penser qu’à une époque où plusieurs nouvelles républiques se sont élevées, le destin eût marqué la fin d’une des plus anciennes. »

 

        Le 10 décembre 1802, il convoque à Paris des représentants de tous les cantons pour expliquer son projet. Sa connaissance des institutions suisses et son adresse diplomatique, modérée et ferme, rassurent les délégués qui commentent son comportement, comme le citoyen député Rüttiman :

« La réception du premier consul a été pleine de bienveillance, la profondeur et l’abondance avec laquelle il nous a parlé des intérêts de l’Helvétie nous a montré combien il les avait étudiés. »

        Une Diète fédérale est décidée avec une assemblée se réunissant un mois chaque année pour diriger le gouvernement commun dans un élan démocratique où la voix d’un canton est égale à un autre. La paix revient enfin, la nation peut savourer sa tranquillité retrouvée. De cette période, le musée national suisse garde un autre magnifique témoignage. Pour le sacre de Napoléon comme empereur en 1804, le grand magistrat d’Appenzell, Jakob Zellweger part à Paris avec la délégation helvétique. À son retour dans sa ville de Trogen, il ramène dans ses bagages un magnifique sabre de parade de manufacture parisienne. La réconciliation semble pleine et entière !

Sabre de parade avec fourreau destiné aux officiers de haut rang, vers 1803, manufacture parisienne, laiton doré et lame de Klingenthal, Zurich, Musée national suisse – Photo personnelle

 

        Aujourd’hui encore le passage de Napoléon est enseigné aux jeunes Suisses comme un événement important. Pour preuve, voici la petite série animée Helveticus diffusée sur la chaîne de télévision RTS. Consacrée à la vulgarisation de l’Histoire Suisse pour les petits, un épisode est dédié à cette période.

 

          Autrement, Napoléon se rend également en personne en Suisse lors de visites diplomatiques ou en étapes lors de campagnes militaires. Il s’attarde particulièrement à Genève où il s’intéresse beaucoup à la population. L’arrêté Chaptal de 1801 permet même l’envoi de vrais chefs d’œuvre dans cette ville qui est sélectionnée parmi les quinze heureuses élues de province. C’est ainsi que La Mise au Tombeau de Véronèse y est envoyé en 1805 et est encore visible aujourd’hui au Musée d’Art et d’Histoire de la ville. Si vous souhaitez aller plus loin et voir comment les Genevois eux-mêmes ont perçu ces rencontres, je vous conseille vivement de lire cet article très intéressant.

          Simulacre d’affection ? Génie diplomatique ? Réel vent de solidarité patriotique ? Si aujourd’hui de part et d’autre de la frontière des Alpes chacun a son point de vue sur l’affaire, la réponse reste dans l’Histoire un fondement indiscutable de la Suisse moderne. En espérant que ce nouvel article aura attisé votre envie d’en savoir plus sur les épisodes méconnus de Bonaparte, je vous souhaite une bonne célébration du bicentennaire et vous dis à très bientôt pour un nouveau Billet Neuchâtelois* ! Grüetzi ! Tchô ! **

 

Laureen Gressé-Denois

 

* Même à l’étranger, on a tous quelque chose en nous de Monsieur Patrimoine !

** « Salut ! » respectivement en suisse allemand et en suisse romand

Laureen Gressé-Denois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *